Acte II - Scène première


(Ier Tableau Un paysage désert avec rochers. A droite, un amas de rochers plus grands masque une grotte invisible pour le public.)

(LES BRIGANDS, PUIS CARTOUCHE, PUIS FOLLENTIN ) (Au lever du rideau, éclairs, tonnerre, rafales.)

CHOEUR DES BRIGANDS
Quel chien de temps, Ah ! mes enfants ! Ça traverse, Voire transperce. C'est à dégoûter, vraiment, Du beau métier de brigand.

1ER BRIGAND
Ad libitum Ce voyageur qu'on détrousse, Certes ! se la coule douce ! Soumis à son bon plaisir, On n'a pas idée, Nous attendions sous l'ondée Que Monsieur daigne venir. Ce voyageur qu'on détrousse Vraiment se la coule douce !

REPRISE DU CHOEUR
Quel chien de temps ! Etc., etc., etc. (Entrée de Cartouche enveloppé d'un grand manteau, suivi d'un détachement de brigands. )

TOUS
Voilà le chef ! Voilà Cartouche !

CARTOUCHE
C'est bien, mes enfants ! Vous êtes prêts ?…

TOUS
Oui, chef, oui ! (On entend au loin des claquements de fouet et des grelots de chevaux,)

CARTOUCHE
Chut ! Ecoutez !… des claquements de fouet ! des grelots de chevaux. C'est la chaise !

TOUS
C'est la chaise !

CARTOUCHE
Allez ! Tous ! Dans les plis de terrain. derrière les rochers !… Dissimulez-vous ! Et à mon signal, en avant !

TOUS
En avant ! (Tous les brigands et Cartouche disparaissent. Les grelots se rapprochent puis s'arrêtent. On entend des jurons lointains.)

FOLLENTIN(entrant, un mouchoir sur son chapeau haut de forme.)
Eh bien ! Ça y est ! C'est la panne ! La panne au beau milieu de la campagne ! Avec des seaux d'eau sur la tête ! C'est un rêve !

BIENENCOURT(en postillon.)
Excusez-moi, Monsieur le voyageur. Je suis désolé de l'accident. Mais les routes sont si mauvaises ! Et la nuit est si noire !

FOLLENTIN
Bah ! Laissez donc, mon brave. Quoi ! Nous avons versé ! Eh ! bien, après ? Cela jette un peu d'imprévu dans le voyage ! Et comme c'est romanesque ! Voyager en chaise de poste, la nuit, avec un bel orage ! un orage Louis XV ! Ah ! Voilà une époque au moins ! J'avoue que j'en avais soupé, moi, de Charles IX ! Allez, mon ami, allez relever votre voiture et quand ce sera fait, vous viendrez me prévenir.

BIENENCOURT(sortant,)
Oui, va toujours ! Va toujours !

FOLLENTIN
Ah ! je crois que cette fois je le tiens ; mon âge d'or ! Ce que ma femme va être contente !… Ah ! nom d'un chien !… Ma femme ! Ma fille !… Mon Dieu ! j'ai oublié ma femme sous Charles IX ! ( On entend de nouveau des claquements de fouet et les grelots qui s'éloignent.)

FOLLENTIN
Hein ? Qu'est ce que c'est ? Les grelots de la voiture !… (Il remonte au fond.)
Mon Dieu ! Mais il a l'air de s'en aller ! Eh bien ! postillon ! postillon !…

VOIX DE BIENENCOURT
Oui, mon vieux, cours après !…

FOLLENTIN
Cette voix ! Bienencourt ! Bienencourt ! (On entend un signal semblable à un hullulement.)

FOLLENTIN
Hein ? Qu'est-ce que c'est que ça ?… (Un autre hullulement répond.)
Mais c'est un signal ! Où m'a-t-il mené, mon Dieu ! Où m'a-t-il mené ! (Les brigands paraissent et le cernent.)
Ciel !

CARTOUCHE
Emparez-vous de cet homme !

FOLLENTIN
Au secours ! Au secours !

CARTOUCHE
Ficelez-le ! Bâillonnez-le !… (Les brigands le ficellent et le bâillonnent. Lutte. Pendant ce tumulte on entend une musique souterraine qui s'échappe de la grotte.)
Et maintenant, rentrons !… Finies les affaires !… A mes devoirs de maître de maison ! Justement, c'est le jour de Madame Cartouche… (Il appuie sur un des rochers de droite qui s'ouvre et laisse voir une grotte meublée comme un salon très élégant. Meubles rares. Le tout très brillamment éclairé.)
(Madame Cartouche est au clavecin en train d'accompagner Madame Mandrin qui chante. D'autres dames en grande toilette et quelques brigands en grand costume sont assis çà et là et écoutent. Les dames s'éventent comme dans une soirée. Au moment où Cartouche entre, tout le monde est en train d'applaudir.)

TOUTES LES DAMES
Ah ! Monsieur Cartouche !

CARTOUCHE
Moi-même, Mesdames ! (Embrassant Madame Cartouche.)
Bonsoir, ma chérie ! (Apercevant Madame Mandrin.)
Ah ! Madame Mandrin ! Quelle charmante surprise ! Votre mari n'est pas venu ?

MADAME MANDRIN
Non, il dîne ce soir chez le lieutenant de police : Il doit venir me chercher tout à l'heure

CARTOUCHE
Ah ! Je le verrai avec plaisir !

MADAME CARTOUCHE
Mais comme tu viens tard, mon ami !

CARTOUCHE
Pardonne-moi, ma chère femme aimée, mais nous avons été retenus par une opération importante, et même je vous amène un invité.

LES DAMES
Ah ! vraiment !

CARTOUCHE(à la porte de la grotte.)
Introduisez le voyageur !… Vous l'excuserez, mesdames, d'être en costume de voyage, mais il ne s'attendait pas à passer la soirée ici.

LES DAMES
Comment donc !… Comment donc !… (deux brigands apportent Follentin à bras.)

CARTOUCHE
Entrez donc, mon cher hôte ! (Toutes les dames lui présentent des fauteuils.)

MADAME MANDRIN
Mais si vous gardez ce foulard, vous attraperez froid en sortant.

CARTOUCHE
C'est juste ! Enlevez donc le foulard de Monsieur ! (Les brigands enlèvent le mouchoir qui lui bande les yeux et la bouche.)

FOLLENTIN
Où suis-je ?

CARTOUCHE
Mais chez nous !… Vous êtes notre hôte, l'hôte de Cartouche.

FOLLENTIN
Cartouche !

CARTOUCHE(présentant sa femme. )
Madame Cartouche, ma femme !

FOLLENTIN
Madame !… Enchanté !… (A part.)
Qu'est-ce qu'ils vont me faire ?

CARTOUCHE
Je ne vous fais pas enlever ces cordes tout de suite, parce que ce serait imprudent d'enlever tout à la fois. Vous pourriez vous enrhumer.

FOLLENTIN
Vous êtes bien aimable !

CARTOUCHE(à Madame Mandrin.)
Mais, chère Madame, vous étiez en train de chanter quand nous sommes entrés. J'espère que ce n'est qu'un plaisir interrompu et que nous aurons la bonne fortune…

TOUTES LES DAMES
Oh ! oui ! Oh ! oui ! chère Madame !

MADAME MANDRIN
C'est que ce soir, je suis un peu enrouée.

MADAME CARTOUCHE
Oh ! vous êtes trop modeste.

UNE DAME
Vous n'avez jamais été plus en voix.

TOUTES LES DAMES
Oh ! oui ! Certes ! Jamais plus !

CARTOUCHE
Allons ! un fauteuil !

FOLLENTIN
Vous me comblez.

UNE DAME
Un programme, Monsieur ! (Madame Cartouche se remet au clavecin et accompagne Madame Mandrin qui chante une romance du temps.)

TOUS (applaudissant.)
Bravo ! Charmant !

CARTOUCHE(à Follentin.)
Eh ! bien, vous n'applaudissez pas ?

FOLLENTIN(ficelé et ne pouvant bouger les bras.)
Si ! Si ! Bravo ! Bravo !

CARTOUCHE
De qui est donc cet air charmant ?

MADAME MANDRIN
Mais de Lulli !

CARTOUCHE
Ah ! ce Lulli !… plein de talent… (A Follentin.)
Vous le connaissez ?

FOLLENTIN
Lulli !… Oui !… Comment donc ! Mounet-Lully !

CARTOUCHE
C'est possible !… Je ne sais pas son petit nom ! Un valet de pied entrant du fond.

LE VALET
Le souper est servi !

MADAME CARTOUCHE
Mesdames, choisissez vos cavaliers !… Si vous voulez passer dans la salle à manger, le souper est servi ! (A Follentin.)
Voulez-vous m'offrir votre bras, monsieur ?…

FOLLENTIN
Comment donc !… (Il offre son coude.)
Seulement, Madame, ne marchons pas trop vite, parce que j'ai un peu de peine à avancer.

CARTOUCHE(très aimable.)
Un peu d'ankylose, peut-être ?

FOLLENTIN
Un peu d'ankylose ! (Pendant ce qui précède, à l'extérieur, un brigand est venu apporter une carte et parler à un autre brigand qui est resté depuis l'entrée de la bande à monter la garde ;)

LE BRIGAND(qui monte la garde. )
C'est bien. Attendez ! Je vais porter la carte au chef ! ( Il entre dans la grotte.)

CARTOUCHE
Qu'est ce que c'est ?

LE BRIGAND
C'est un gentilhomme qui vous demande audience.

CARTOUCHE
Quel gentilhomme ?

LE BRIGAND
Voici sa carte !

CARTOUCHE (LISANT.)
"Le Prince Gabriel de Morteval de Villemar, lieutenant de brigands du XXe siècle ! " Un confrère ! … Faites entrer ! (Le Brigand fait un signe à celui qui est resté à gauche, qui lui-même fait signe à la cantonade au fond. Gabriel paraît au fond à droite sur les rochers qui dominent la grotte, il descend en scène. Costume de gommeux, XXe siècle. Très chic, chapeau huit-reflets, gardénia, habit monocle ; les yeux bandés comme un parlementaire.)

LE BRIGAND(faisant le factionnaire.)
Par ici !… (Il introduit Gabriel dans la grotte.)

Autres textes de Georges Feydeau

Un fil à la patte

"Un fil à la patte" est une comédie en trois actes de Georges Feydeau. Elle raconte l'histoire de Fernand de Bois d'Enghien, un homme qui souhaite rompre avec sa maîtresse,...

Un bain de ménage

"Un bain de ménage" est une pièce en un acte de Georges Feydeau. Elle se déroule dans un vestibule où une baignoire est installée. La pièce commence avec Adélaïde, la...

Tailleur pour dames

(Au lever du rideau, la scène est vide.)(Il fait à peine jour. Étienne entre par la porte de droite, deuxième plan.)(Il tient un balai, un plumeau, une serviette, tout ce...

Séance de nuit

(JOSEPH PUIS RIGOLIN ET EMILIE BAMBOCHE Au lever du rideau, Joseph achève de mettre le couvert. Par la porte du fond, qui est entr'ouverte, et donne sur le hall où...

Par la fenêtre

Un salon élégant. Au fond, une porte donnant sur un vestibule : à gauche, premier plan, une fenêtre ; — à droite, second plan, une cheminée, surmontée d'une glace ; ...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024