TROISIÈME PARTIE - Scène I


(Le Caveau Perdu)
(Un caveau sombre, à voûte basse et cintrée, d'un aspect humide et hideux. Quelques lambeaux d'une tapisserie rongée par le temps pendent à la muraille. A droite, une fenêtre dans le grillage de laquelle on distingue trois barreaux brisés et comme violemment écartés. A gauche, un banc et une table de pierre grossièrement taillés. Au fond, dans l'obscurité, une sorte de galerie dont on entrevoit les piliers soutenant les retombées des archivoltes.Il est nuit; un rayon de lune entre par la fenêtre et dessine une forme droite et blanche sur le mur opposé.Au lever du rideau, Job est seul dans le caveau, assis sur le banc de pierre, et semble en proie à une méditation sombre. Une lanterne allumée est posée sur la dalle à ses pieds. Il est vêtu d'une sorte de sac en bure grise.)


(JOB, SEUL.)

JOB
Que m'a dit l'empereur ? et qu'ai-je répondu? Je n'ai pas compris. — Non. — J'aurai mal entendu. Depuis hier en moi je ne sens qu'ombre et doute ; Je marche en chancelant, comme au hasard ; ma route S'efface sur mes pas ; je vais, triste vieillard ; Et les objets réels, perdus sous un brouillard, Devant mon œil troubla, qui dans l'ombre eu vain plonge, Tremblent derrière un voile ainsi que dans un songe.(Rêvant.)
Le démon joue avec l'esprit des malheureux. Oui, c'est sans doute un rêve. — Oui, mais il est affreux ! Hélas ! dans notre cœur, percé de triples glaives, Lorsque la vertu dort, le crime fait les rêves. Jeune, on rêve au triomphe, et vieux au châtiment. Deux songes aux deux bouts du sort. — Le premier ment. Le second dit-il vrai ?(Moment de silence.)
Ce que je sais pour l'heure, C'est que tout a croulé dans ma haute demeure. Frédéric Barberousse est maître en ma maison. Ô douleur ! — C'est égal ! j'ai bien fait, j'ai raison, J'ai sauvé mon pays, j'ai sauvé le royaume.(Rêvant.)
—L'empereur ! — Nous étions l'un pour l'autre un fantôme ; Et nous nous regardions d'un œil presque ébloui Comme les deux géants d'un monde évanoui! Nous restons en effet seuls tous deux sur l'abîme ; Nous sommes du passé la double et sombre cime ; Le nouveau siècle a tout submergé ! mais ses flots N'ont point couvert nos fronts, parce qu'ils sont trop hauts !(S'enfonçant dans sa rêverie)
L'un des deux va tomber. C'est moi. L'ombre me gagne. Ô grand événement ! chute de ma montagne ! Demain, le Rhin mon père au vieux monde allemand Contera ce prodige et cet écroulement, Et comment a fini, rude et fière secousse, Le grand duel du vieux Job et du vieux Barberousse. Demain, je n'aurai plus de fils, plus de vassaux. Adieu la lutte immense ! adieu les noirs assauts ! Adieu gloire ! Demain, j'entendrai, si j'écoute, Les passants me railler et rire sur la route, Et tous verront ce Job, qui, cent ans souverain, Pied à pied défendit chaque roche du Rhin, — Job qui, malgré César, malgré Rome, respire, — Vaincu, rongé vivant par l'aigle de l'empire, Et colosse gisant dont on peut s'approcher, Cloué, dernier burgrave, à son dernier rocher !(Il se lève.)
Quoi ! c'est le comte Job ! quoi ! c'est moi qui succombe !… Silence, orgueil ! tais-toi du moins dans cette tombe !(Il promène ses regards autour de lui.)
C'est ici, sous ces murs qu'on dirait palpitants, Qu'en une nuit pareille… — Oh! voilà bien longtemps. Et c'est toujours hier ! Horreur !(Il retombe sur le banc de pierre, se cache le visage de ses deux mains et pleure.)
Sous cette voûte, Depuis ce jour mon crime a sué goutte à goutte Cette sueur de sang qu'on nomme le remords. C'est ici que je parle à l'oreille des morts. Depuis lors l'insomnie, ô Dieu ! des nuits entières, M'a mis ses doigts de plomb dans le creux des paupières ; Ou, si je m'endormais, versant un sang vermeil, Deux ombres traversaient sans cesse mon sommeil. Se levant en s'avançant sur le devant de la scène. Le monde m'a cru grand ; dans l'oubli du tonnerre, Ces monts ont vu blanchir leur bandit centenaire ; L'Europe m'admirait debout sur nos sommets ; Mais, quoi que puisse faire un meurtrier, jamais Sa conscience en deuil n'est dupe de sa gloire. Les peuples me croyaient ivre de ma victoire ; Mais la nuit, — chaque nuit ! et pendant soixante ans ! — Morne, ici je pliais mes genoux pénitents ! Mais ces murs, noir repli de ce burg si célèbre, Voyaient l'intérieur indigent et funèbre De ma fausse grandeur, pleine de cendre, hélas ! Les clairons devant moi jetaient de longs éclats; J'étais puissant ; j'allais, levant haut ma bannière, Comte chez l'empereur, lion dans ma tanière ; Mais, tandis qu'à mes pieds tout n'était que néant, Mon crime, nain hideux, vivait en moi, géant, Riait quand on louait ma tête vénérable, Et, me mordant au cœur, me criait : Misérable !(Levant les mains au ciel.)
Donato! Ginevra ! victimes ! ferez-vous Grâce à votre bourreau, quand Dieu nous prendra tous? Oh ! frapper sa poitrine, à genoux sur la pierre, Pleurer, se repentir, vivre l'âme en prière, Cela ne suffit pas. Rien ne m'a pardonné ! Non ! je me sais maudit, et je me sens damné !(Il se rassied.)
J'avais des descendants et j'avais des ancêtres; Mon burg est mort ; mon fils est vieux; ses fils sont traîtres ; Mon dernier-né ! — je l'ai perdu ! — dernier trésor ! Otbert et Régina, ceux que j'aimais encor, — Car l'âme aime toujours, parce qu'elle est divine, — Sont dispersés sans doute au vent de ma ruine. Je viens de les chercher, tous deux ont disparu. C'est trop ! mourons !(Il tire un poignard de la ceinture.)
Ici, mon cœur l'a toujours cru, Quelqu'un m'entend.(Se tournant vers les profondeurs du souterrain.)
Eh bien ! je t'adjure à cette heure, Pardonne, ô Donato ! grâce avant que je meure ! Job n'est plus. Fosco reste. Oh ! grâce pour Fosco!

LA VOIX(dans l'ombre, faiblement comme un murmure.)
Caïn !

JOB
( TROUBLE)
On a parlé, je crois? — Non, c'est l'écho. Si quelqu'un me parlait, ce serait de la tombe. Car le moyen d'entrer dans cette catacombe, Ce corridor secret, où jamais jour n'a lui, Aucun vivant, hors moi, ne le sait aujourd'hui ; Ceux qui l'ont su, depuis plus de soixante années, Sont morts.(Il fait un pas vers le fond du théâtre.)
Mes mains vers toi sont jointes et tournées, Martyr ! grâce à Fosco !

LA VOIX
Caïn !

JOB(se redressant debout épouvanté.)
C'est étonnant ! On a parlé, c'est sûr! Eh bien donc, maintenant, Ombre, qui que tu sois, fantôme ! je t'implore ! Frappe ! Je veux mourir plutôt qu'entendre encore L'écho, l'horrible écho de ce noir souterrain, Lorsque je dis Fosco, me répondre…

LA VOIX
Caïn !(S'affaiblissant comme si elle se perdait dans les profondeurs.)
Caïn ! Caïn !

JOB
Grand Dieu ! grand Dieu ! mon genou plie. Je rêve… — La douleur, se changeant en folie, Finit par enivrer comme un vin de l'enfer. Oh ! du remords en moi j'entends le rire amer. Oui, c'est un songe affreux qui me suit et m'accable. Et devient plus difforme en ce lieu redoutable. Ô sombre voix qui sort du tombeau, me voici. À quelle question dois-je répondre ici ? Quelle explication veux-tu ? Sans m'y soustraire, Parle, je répondrai !
(Une femme voilée, vêtue de noir, une lampe à la main, apparaît au fond du théâtre. Elle sort de derrière le pilier de gauche.)

Autres textes de Victor Hugo

Les Misérables - Tome I : Fantine

Le Tome 1 de "Les Misérables", intitulé "Fantine", se concentre sur plusieurs personnages clés et thèmes qui posent les fondements du récit épique de Victor Hugo. Le livre s'ouvre sur...

Les Contemplations - Au bord de l'infini

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîmeQui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cimeÉtait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.Je me sentais perdu dans l’infini...

Les Contemplations - En marche

Et toi, son frère, sois le frère de mes fils.Cœur fier, qui du destin relèves les défis,Suis à côté de moi la voie inexorable.Que ta mère au front gris soit...

Les Contemplations - Pauca Meae

Pure innocence ! Vertu sainte !Ô les deux sommets d’ici-bas !Où croissent, sans ombre et sans crainte,Les deux palmes des deux combats !Palme du combat Ignorance !Palme du combat Vérité...

Les Contemplations - Les luttes et les rêves

Un soir, dans le chemin je vis passer un hommeVêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.Ce passant s’arrêta, fixant...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024