PREMIÈRE PARTIE - Scène III



(OTBERT, RÉGINA. — PAR INSTANTS, EDWIGE.)

OTBERT
Appuyez-vous sur moi. — Là, marchez doucement. — Venez sur ce fauteuil vous asseoir un moment.(Il la conduit à un grand fauteuil près de la fenêtre.)
Comment vous trouvez-vous ?

RÉGINA
Mal. J'ai froid. Je frissonne. Ce banquet m'a fait mal.(À Edwige.)
Vois s'il ne vient personne.
(Edwige sort.)

OTBERT
Ne craignez rien. Ils vont boire jusqu'au matin. Pourquoi donc êtes-vous allée à ce festin ?

RÉGINA
Hatto…

OTBERT
Hatto !

RÉGINA(l'apaisant.)
Plus bas. Il eût pu me contraindre, Je lui suis fiancée.

OTBERT
Il fallait donc vous plaindre Au vieux seigneur. Hatto le craint.

RÉGINA
Je vais mourir. À quoi bon ?

OTBERT
Oh ! pourquoi parler ainsi ?

RÉGINA
Souffrir, Rêver, puis s'en aller. C'est le sort de la femme.

OTBERT(lui montrant la fenêtre.)
Voyez ce beau soleil !

RÉGINA
Oui, le couchant s'enflamme. Nous sommes en automne et nous sommes au soir. Partout la feuille tombe et le bois devient noir.

OTBERT
Les feuilles renaîtront.

RÉGINA
Oui. —(Rêvant et regardant le ciel.)
Vite ! — à tire-d'ailes, — — Oh ! c'est triste de voir s'enfuir les hirondelles ! Elles s'en vont là-bas vers le midi doré.

OTBERT
Elles reviendront.

RÉGINA
Oui. — Mais moi je ne verrai Ni l'oiseau revenir, ni la feuille renaître !

OTBERT
Régina!…

RÉGINA
Mettez-moi plus près de la fenêtre…(Elle lui donne sa bourse.)
Otbert, jetez ma bourse aux pauvres prisonniers.(Otbert jette la bourse par une des fenêtres du fond. Elle continue, l'œil fixé au dehors.)
Oui, ce soleil est beau. Ses rayons, — les derniers! — Sur le front du Taunus posent une couronne, Le fleuve luit ; le bois de splendeurs s'environne ; Les vitres du hameau, là-bas, sont tout en feu ; Que c'est beau ! que c'est grand ! que c'est charmant, mon Dieu ! La nature est un flot de vie et de lumière !… Oh ! je n'ai pas de père et je n'ai pas de mère, Nul ne peut me sauver, nul ne peut me guérir, Je suis seule en ce monde et je me sens mourir.

OTBERT
Vous, seule au monde ! et moi ! moi qui vous aime!

RÉGINA
Rêve ! Non, vous ne m'aimez pas, Otbert ! la nuit se lève ! — La nuit ! — J'y vais tomber. Vous m'oublierez après.

OTBERT
Mais pour vous je mourrais et je me damnerais ! Je ne vous aime pas! — Elle me désespère ! Depuis un an, du jour où dans ce noir repaire Je vous vis, au milieu de ces bandits jaloux, Je vous aimai. Mes yeux, madame, allaient à vous, Dans ce morne château, plein de crimes sans nombre, Comme au seul lys du gouffre, au seul astre de l'ombre ! Oui, j'osai vous aimer, vous, comtesse du Rhin ! Vous, promise à Hatto, le comte au cœur d'airain ! Je vous l'ai dit, je suis un pauvre capitaine, Homme de ferme épée et de race incertaine. Peut-être moins qu'un serf, peut-être autant qu'un roi. Mais tout ce que je suis est à vous. Quittez-moi, Je meurs. — Vous êtes deux dans ce château que j'aime. Vous d'abord, avant tout, avant mon père même, Si j'en avais un, — puis(Montrant la porte du donjon.)
ce vieillard affaissé Sous le poids inconnu d'un effrayant passé. Doux et fort, triste aïeul d'une horrible famille, Il met toute sa joie en vous, ô noble fille, En vous, son dernier culte et son dernier flambeau, Aube qui blanchissez le seuil de son tombeau ! Moi, soldat dont la tête au poids du sort se plie, Je vous bénis tous deux, car près de vous j'oublie ; Et mon âme, qu'étreint une fatale loi, Près de lui se sent grande, et pure près de toi ! Vous voyez maintenant tout mon cœur. Oui, je pleure, Et puis je suis jaloux, je souffre. Tout à l'heure, Hatto vous regardait, — vous regardait toujours ! — Et moi, moi, je sentais, à bouillonnements sourds, De mon cœur à mon front qu'un feu sinistre éclaire, Monter toute ma haine et toute ma colère ! — Je me suis retenu, j'aurais dû tout briser! — — Je ne vous aime pas ! — Enfant, donne un baiser, Je te donne mon sang. — Régina, dis au prêtre Qu'il n'aime pas son Dieu, dis au Toscan sans maître Qu'il n'aime point sa ville, au marin sur la mer Qu'il n'aime point l'aurore après les nuits d'hiver ; Va trouver sur son banc le forçat las de vivre, Dis-lui qu'il n'aime point la main qui le délivre ; Mais ne me dis jamais que je ne t'aime pas ! Car vous êtes pour moi, dans l'ombre où vont mes pas, Dans l'entrave où mon pied se sent pris en arrière, Plus que la délivrance et plus que la lumière ! Je suis à vous sans terme, à vous éperdument, Et vous le savez bien. — Oh ! les femmes vraiment Sont cruelles toujours, et rien ne leur plaît comme De jouer avec l'âme et la douleur d'un homme ! — Mais, pardon, vous souffrez, je vous parle de moi, Mon Dieu! quand je devrais, à genoux devant toi, Ne point contrarier ta fièvre et ton délire, Et te baiser les mains en te laissant tout dire !

RÉGINA
Mon sort comme le vôtre, Otbert, d'ennui fut plein. Que suis-je ? une orpheline. Et vous ? un orphelin. Le ciel, nous unissant par nos douleurs communes, Eût pu faire un bonheur de nos deux infortunes ; Mais…

OTBERT(tombant à genoux devant elle.)
Mais je t'aimerai ! mais je t'adorerai ! Mais je te servirai ! si tu meurs, je mourrai ! Mais je tuerai Hatto s'il ose te déplaire ! Mais je remplacerai, moi, ton père et ta mère ! Oui, tous les deux! j'en prends l'engagement sans peur. Ton père ? j'ai mon bras ; ta mère ? j'ai mon cœur !

RÉGINA
O doux ami, merci! Je vois toute votre âme. Vouloir comme un géant, aimer comme une femme, C'est bien vous, mon Olbert ; vous tout entier. Eh bien ! Vous ne pouvez, hélas! rien pour moi.

OTBERT(se levant.)
Si !

RÉGINA
Non, rien ! Ce n'est pas à Hatto qu'il faut qu'on me dispute. Mon fiancé m'aura sans querelle et sans lutte ; Vous ne le vaincrez pas, vous si brave et si beau; Car mon vrai fiancé, vois-tu, c'est le tombeau ! — Hélas ! puisque je touche à cette nuit profonde, Je fais de ce que j'ai de meilleur en ce monde Deux parts, l'une au Seigneur, l'autre pour vous. Je veux, Ami, que vous posiez la main sur mes cheveux, Et je vous dis, au seuil de mon heure suprême : Otbert, mon âme à Dieu, mon cœur à vous. — Je t'aime EDWIGE(entrant.)
Quelqu'un.

RÉGINA( à Edwige)
Viens.(Elle fait quelques pas vers la porte bâtarde, appuyée sur Edwige et sur Olbert. Au moment d'entrer sous la porte, elle s'arrête et se retourne.)
Oh ! mourir à seize ans, c'est affreux ! Quand nous aurions pu vivre, ensemble, aimés, heureux ! Mon Otbert, je veux vivre ! écoute ma prière ! Ne me laisse pas choir sous cette froide pierre ! La mort me fait horreur ! Sauve-moi, mon amant ! Est-ce que tu pourrais me sauver, dis, vraiment ?

OTBERT
Tu vivras !(Régina sort avec Edwige. La porte se referme. Otbert semble la suivre des yeux et lui parler, quoiqu'elle ait disparu.)
Toi, mourir si jeune ! Belle et pure ! Non, dussé-je au démon me donner, je le jure, Tu vivras.(Apercevant Guanhumara, qui est depuis quelques instants immobile au fond du théâtre.)
Justement.

Autres textes de Victor Hugo

Les Misérables - Tome I : Fantine

Le Tome 1 de "Les Misérables", intitulé "Fantine", se concentre sur plusieurs personnages clés et thèmes qui posent les fondements du récit épique de Victor Hugo. Le livre s'ouvre sur...

Les Contemplations - Au bord de l'infini

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîmeQui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cimeÉtait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.Je me sentais perdu dans l’infini...

Les Contemplations - En marche

Et toi, son frère, sois le frère de mes fils.Cœur fier, qui du destin relèves les défis,Suis à côté de moi la voie inexorable.Que ta mère au front gris soit...

Les Contemplations - Pauca Meae

Pure innocence ! Vertu sainte !Ô les deux sommets d’ici-bas !Où croissent, sans ombre et sans crainte,Les deux palmes des deux combats !Palme du combat Ignorance !Palme du combat Vérité...

Les Contemplations - Les luttes et les rêves

Un soir, dans le chemin je vis passer un hommeVêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.Ce passant s’arrêta, fixant...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024