PREMIÈRE PARTIE - Scène V



(LES BURGRAVES.HATTO, GORLOIS, LE DUC GERHARD DE THURINGE, PLATON, MARGRAVE DE MORAVIE; GILISSA, MARGRAVE DE LUSACE;ZOAGLIO GIANNILARO, NOBLE GÉNOIS; DARIUS, BURGRAVE DE LA HNECK; CADWALLA, BURGRAVE D'OKENFELS; LUPUS,COMTE DEMONS TOUT JEUNE HOMME, COMME GORLOIS AUTRES BURGRAVES ET PRINCES, PERSONNAGES MUETS, ENTRE AUTRES UTHER, PENDRAGON DES BRETONS, ET LES FRÈRES DE HATTO ET DE GORLOIS. QUELQUES FEMMES PARÉES. PAGES,OFFICIERS, CAPITAINES.)

LE COMTE LUPUS(chantant.)
L'hiver est froid, la bise est forte, Il neige là-haut sur les monts. — Aimons, qu'importe ! Qu'importe, aimons ! Je suis damné, ma mère est morte, Mon curé me fait cent sermons. — Aimons, qu'importe ! Qu'importe, aimons ! Belzébuth, qui frappe à ma porte, M'attend avec tous ses démons. — Aimons, qu'importe ! Qu'importe, aimons !

LE MARGRAVE GILISSA(se penchant à la fenêtre latérale, au comte Lupus.)
Comte, La grand'porte du burg et le chemin qui monte Se voit d'ici.

LE MARGRAVE PLATON( le délabrement de la salle.)
Quel deuil et quelle vétusté !

LE DUC GERHARD(à Hatto.)
On dirait un logis par les spectres hanté.

HATTO(désignant la porte du donjon.)
C'est là qu'est mon aïeul.

LE DUC GERHARD
Tout seul ?

HATTO
Avec mon père.

LE MARGRAVE PLATON
Pour t'en débarrasser comment as-tu pu faire?

HATTO
Ils ont fait leur temps. — Puis ils ont l'esprit troublé. Voilà plus de deux mois que le vieux n'a parlé. Il faut bien qu'à la fin la vieillesse s'efface. Il a près de cent ans. — Ma foi, j'ai pris leur place. Ils se sont retirés.

GIANNILARO
D'eux-mêmes ?

HATTO
A peu près.
(Entre un capitaine.)

LE CAPITAINE(à Hatto.)
Monseigneur…

HATTO
Que veux-tu ?

LE CAPITAINE
L'argentier juif Perez N'a point encor payé sa rançon.

HATTO
Qu'on le pende.

LE CAPITAINE
Puis les bourgeois de Linz, dont la frayeur est grande, Vous demandent quartier.

HATTO
Pillez ! pays conquis.

LE CAPITAINE
Et ceux de Rhens ?

HATTO
Pillez !
(Le Capitaine sort.)

LE BURGRAVE DARIUS(abordant Hatto le verre à la main.)
Ton vin est bon, marquis !
(Il boit.)

HATTO
Pardieu ! je le crois bien. C'est du vin d'écarlate. La ville de Bingen, qui me craint et me flatte, M'en donne tous les ans deux tonnes.

LE DUC GERHARD
Régina, Ta fiancée, est belle.

HATTO
Ah ! l'on prend ce qu'on a. Du côté maternel elle nous est parente.

LE DUC GERHARD
Elle paraît malade !

HATTO
Oh ! rien.

GIANNILARO(bas au duc Gerhard.)
Elle est mourante.
(Entre un capitaine.)

LE CAPITAINE(bas à Hatto.)
Des marchands vont passer demain.

HATTO(à haute voix.)
Embusquez-vous.(Le Capitaine sort. Hatto continue en se tournant vers les princes.)
Mon père eût été là. Moi, je reste chez nous. Jadis on guerroyait, maintenant on s'amuse. Jadis c'était la force, à présent c'est la ruse. Le passant me maudit ; le passant dit : — Hatto Et ses frères font rage en ce sombre château, Palais mystérieux qu'assiègent les tempêtes. Aux margraves, aux ducs, Hatto donne des fêtes, Et fait servir, courbant leurs têtes sous ses pieds, Par des princes captifs les princes conviés ! Eh bien ! c'est un beau sort ! On me craint, on m'envie. Moi je ris ! — Mon donjon brave tout. — De la vie, En attendant Satan, je fais un paradis ; Comme un chasseur ses chiens, je lâche mes bandits ; Et je vis très heureux. — Ma fiancée est belle, N'est-ce pas? — À propos, ta comtesse Isabelle, L'épouses-tu ?

LE DUC GERHARD
Non.

HATTO
Mais tu lui pris, l'an passé, Sa ville, et lui promis d'épouser.

LE DUC GERHARD
Je ne sai… —(Riant.)
Ah! oui, on me fit jurer sur l'Evangile! — Bon ! je laisse la fille et je garde la ville.
(Il rit.)

HATTO(riant.)
Mais que dit de cela la diète ? —

LE DUC GERHARD(riant toujours.)
Elle se tait.

HATTO
Mais ton serment ?

LE DUC GERHARD
Ah bah !
(Depuis quelques instants la porte du donjon à droite s'est ouverte, et a laissé voir quelques degrés d'un escalier sombre sur lesquels ont apparu deux vieillards, l'un âgé d'un peu plus de soixante ans, cheveux gris, barbe grise ; l'autre, beaucoup plus vieux, presque tout à fait chauve, avec une longue barbe blanche ; tous deux ont la chemise de fer, jambières et brassières de mailles, la grande épée au côté, et, par-dessus leur habit de guerre, le plus vieux porte une simarre blanche doublée de drap d'or, et l'autre une grande peau de loup dont la gueule s'ajuste sur sa tête.Derrière le plus vieux se tient debout, immobile comme une figure pétrifiée, un écuyer à barbe blanche, vêtu de fer et élevant au-dessus de la tête du vieillard une grande bannière noire sans armoiries.Otbert, les yeux baissés, est auprès du plus vieux, qui a le bras droit posé sur son épaule, et se tient un peu en arrière.Dans l'ombre, derrière chacun des deux vieux chevaliers, on aperçoit deux écuyers habillés de fer comme leurs maîtres, et non moins vieux, dont la barbe blanchie descend sous la visière à demi baissée de leurs heaumes. Ces écuyers portent sur des coussins de velours écarlate les casques des deux vieillards, grands morions de forme extraordinaire dont les cimiers figurent des gueules d'animaux fantastiques.Les deux vieillards écoutent en silence ; le moins vieux appuie son menton sur ses deux bras réunis et ses deux mains sur l'extrémité du manche d'une énorme hache d'Ecosse. Les convives, occupés et causant entre eux, ne les ont pas aperçus.)

Autres textes de Victor Hugo

Les Misérables - Tome I : Fantine

Le Tome 1 de "Les Misérables", intitulé "Fantine", se concentre sur plusieurs personnages clés et thèmes qui posent les fondements du récit épique de Victor Hugo. Le livre s'ouvre sur...

Les Contemplations - Au bord de l'infini

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîmeQui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cimeÉtait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.Je me sentais perdu dans l’infini...

Les Contemplations - En marche

Et toi, son frère, sois le frère de mes fils.Cœur fier, qui du destin relèves les défis,Suis à côté de moi la voie inexorable.Que ta mère au front gris soit...

Les Contemplations - Pauca Meae

Pure innocence ! Vertu sainte !Ô les deux sommets d’ici-bas !Où croissent, sans ombre et sans crainte,Les deux palmes des deux combats !Palme du combat Ignorance !Palme du combat Vérité...

Les Contemplations - Les luttes et les rêves

Un soir, dans le chemin je vis passer un hommeVêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.Ce passant s’arrêta, fixant...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024