TROISIÈME PARTIE - Scène III



(JOB, OTBERT.)

OTBERT
Où m'avez-vous conduit ? Quel est ce sombre lieu ?(Regardant autour de lui.)
Mais quoi ! l'homme masqué n'est plus là ? Ciel ! où suis-je ? Serait-ce ici? — Déjà ! — Je frissonne ! Un vertige Me prend.(Apercevant Job.)
Que vois-je là dans l'ombre? — Oh! rien; souvent(Il se dirige vers Job dans les ténèbres.)
La nuit nous trompe…(Il pose sa main sur la tête de Job.)
Dieu ! c'est un être vivant(Job demeure immobile.)
Ciel ! je me sens glacé par la sueur du crime. Est-ce ici l'échafaud ? Est-ce là la victime ? — Triste Fosco, qu'il faut que je frappe aujourd'hui, Est-ce vous? Répondez !… — Il ne dit rien, c'est lui ! — Oh ! qui que vous soyez, parlez-moi, je m'abhorre ; Je ne vous en veux pas, j'ignore tout, j'ignore Pourquoi vous demeurez immobile, et pourquoi Vous ne vous dressez pas terrible devant moi ! Je vous suis inconnu comme pour moi vous l'êtes. Mais sentez-vous qu'au moins mes mains n'étaient pas faites Pour cela? Sentez-vous que je suis l'instrument D'une affreuse vengeance et d'un noir châtiment ? Savez-vous qu'un linceul qui traîne en ces ténèbres Embarrasse mes pieds, pris dans ses plis funèbres? Dites, connaissez-vous Régina, mon amour, Cet ange dont le front dans mon cœur fait le jour? Elle est là, voyez-vous, d'un suaire vêtue, Morte si je faiblis, vivante si je tue ! — Ayez pitié de moi, vieillard !— Oh ! Parlez-moi ! Dites que vous voyez mon trouble et mon effroi, Que vous me pardonnez votre horrible martyre ! Oh ! que j'entende au moins votre voix me le dire ! Un seul mot de pardon, vieillard ! mon cœur se fend ! Rien qu'un seul mot!

JOB(se levant et jetant son voile.)
Otbert ! mon Otbert ! mon enfant !

OTBERT
Sire Job !

JOB(le prenant dans ses bras avec emportement.)
Non, vers lui tout mon être s'élance ! C'est trop me torturer par cet affreux silence ! Je ne suis qu'un vieillard faible, en pleurs, terrassé, Je ne peux pas mourir sans l'avoir embrassé ! Viens sur mon cœur !(Il couvre le visage d'Otbert de larmes et de baisers.)
Enfant, laisse, que je te voie. Tu ne le croirais pas, quoique j'aie eu la joie De te voir tous les jours depuis plus de six mois, Je ne t'ai pas bien vu…(Il le regarde avec des yeux enivrés.)
C'est la première fois ! —Un jeune homme à vingt ans, que c'est beau! — Que je baise Ton front pur! Laisse-moi le contempler à l'aise ! — Tu parlais tout à l'heure, et moi, je me taisais. — Tu ne sais pas toi-même à quel point tu disais Des choses qui m'allaient remuer les entrailles. Otbert, tu trouveras pendue à mes murailles Ma grande épée à main ; je te la donne, enfant ! Mon casque, mon pennon, tant de fois triomphant, Sont à toi. Je voudrais que tu pusses toi-même Lire au fond de mon cœur pour voir combien je t'aime ! Je te bénis. — Mon Dieu! Donnez-lui tous vos biens, De longs jours comme à moi, moins sombres que les miens ! Faites qu'il ait un sort calme, illustre et prospère ; Et que des fils nombreux, pieux comme leur père, Soutiennent, pleins d'amour, ses pas fiers et tremblants, Quand ses beaux cheveux noirs seront des cheveux blancs !

OTBERT
Monseigneur !

JOB(lui imposant les mains.)
Je bénis cet enfant, cieux et terre, Dans tout ce qu'il a fait, dans tout ce qu'il doit faire ! Sois heureux ! — Maintenant, Otbert, écoute et voi, Vois, je ne suis plus père, et je ne suis plus roi ; Ma famille est captive et ma tour est tombée ; J'ai dû livrer mes fils ; j'ai, la tête courbée, Dit sauver l'Allemagne, oui, — mais je dois mourir. Or, ma main tremble. Il faut m'aider, me secourir…(Il tire du fourreau le poignard qu'Otbert porte à sa ceinture et le lui présente.)
C'est de toi que j'attends ce service suprême.

OTBERT(épouvanté.)
De moi ! mais savez-vous que je cherche, ici même, Quelqu'un…

JOB
Fosco ! c'est moi.

OTBERT
Vous !(Reculant et promenant ses yeux dans l'ombre autour de lui.)
Qui que vous soyez, Spectre qui m'entourez, démons qui me voyez, C'est lui ! c'est le vieillard que j'honore et que j'aime ! Prenez pitié de nous dans ce moment suprême ! —Tout se tait !— Oh ! mon Dieu! c'est Job ! comble d'effroi!(Avec désespoir et solennité.)
Jamais je ne pourrai lever la main sur toi, O vieillard ! demi-dieu du Rhin ! tête sacrée !

JOB
Mon Otbert ! du sépulcre aplanis-moi l'entrée. Faut-il te dire tout? Je suis un criminel. Ton épouse en ce monde et ta sœur dans le ciel, Elle est là ! Régina, pâle, glacée et belle, Celle à qui tu promis de faire tout pour elle, De la sauver toujours, car l'amour est vertu, Quand tu devrais, au seuil du tombeau, disais-tu, Rencontrer le démon ouvrant l'abîme en flamme, Et lui payer cet ange en lui livrant ton âme ! La mort la tient ! la mort lève son bras maudit, Dont l'ombre, à chaque instant autour d'elle grandit! Sauve-la !

OTBERT(égaré)
Vous croyez qu'il faut que je la sauve ?

JOB
Peux-tu donc hésiter ? D'un côté, moi, front chauve, Vieux damné, qu'à finir tout semble convier, Moins héros que brigand, moins aigle qu'épervier, Moi, dont souvent la vie impure et sanguinaire A fait aux pieds de Dieu murmurer le tonnerre ! Moi, vieillesse, ennui, crime ! et, de l'autre côté, Innocence, vertu, jeunesse, amour, beauté ! Une femme qui t'aime ! un enfant qui t'implore! O l'insensé ! qui doute et qui balance encore Entre un haillon souillé, sans pourpre et sans honneur, Et la robe de lin d'un ange du Seigneur ! Elle veut vivre et moi mourir ! — Quoi ! tu balances! Quand tu peux d'un seul coup faire deux délivrances? Si tu nous aimes !…

OTBERT
Dieu !

JOB
Délivre-nous tous deux! Frappe ! — Pour le guérir d'un ulcère hideux, Saint Sigismond tua Boleslas. Qui l'en blâme ? Mon Otbert ! le remords, c'est l'ulcère de l'âme. Guéris-moi du remords !

OTBERT(prenant le couteau.)
Eh bien!…
(Il s'arrête.)

JOB
Qui te retient?

OTBERT(remettant le poignard au fourreau.)
Savez-vous une idée affreuse qui me vient? — Vous eûtes un enfant qu'une femme-bohème Vola. — Vous l'avez dit ce matin. - Mais, moi-même Une femme me prit tout enfant. Nous voyons Se faire en ce temps-ci d'étranges actions ! — Si j'étais cet enfant? Si vous étiez mon père?

JOB(à part.)
Dieu !
(Haut.)
La douleur, Otbert, t'égare et t'exaspère. Tu n'es pas cet enfant! Je te le dis !

OTBERT
Pourtant, Souvent vous m'appelez mon fils !

JOB
Je t'aime tant! C'est l'habitude; et puis, c'est le mot le plus tendre.

OTBERT
Je sens là quelque chose…

JOB
Oh! non !

OTBERT
Je crois entendre Une voix qui me dit…

JOB
C'est une voix qui ment.

OTBERT
Monseigneur! monseigneur! si j'étais votre enfant!

JOB
Mais ne va pas au moins croire cela, par grâce ! J'eus la preuve… — O mon Dieu ! que faut-il que je fasse ! — Que des Juifs ont tué l'enfant dans un festin. Son cadavre me fut rapporté. Ce matin Je te l'ai dit.

OTBERT
Non.

JOB
Si, rappelle ta mémoire. Non, tu n'es pas mon fils, Otbert ! tu dois m'en croire Sans les preuves que j'ai, c'est vrai, je conviens, moi, Que l'idée aurait pu m'en venir comme à toi ! — Certe! un enfant que vole une main inconnue… — Je suis même content qu'elle te soit venue Pour pouvoir à jamais l'arracher de ton cœur ! Si, quand je serai mort, quelqu'un, quelque imposteur, Te disait, pour troubler la paix de ta pauvre âme, Que Job était ton père… Oh ! ce serait infâme! N'en crois rien! Tu n'es pas mon fils, non, mon Otbert! Vois-tu quand on est vieux, le souvenir se perd ; Mais la nuit du sabbat, tu le sais, on égorge Un enfant. C'est ainsi qu'on a tué mon George. Des Juifs. J'en eus la preuve. Otbert! rassure-toi, Sois tranquille, mon fils ! — Eh bien encore! Voi, Je t'appelle mon fils. Tu vois bien. L'habitude ! Mon Dieu! crois-moi, la lutte à mon âge est bien rude, Ne garde pas de doute, obéis-moi sans peur ! Vois, je baise ton front, je presse sur mon cœur Ta main qui va frapper et qui restera pure ! Toi, mon fils ! — Ne fais pas ce rêve ! — Je te jure… — Mais voyons, réfléchis, toi qui penses beaucoup, Toi qui trouves toujours le côté vrai de tout, Je me prêterais donc à ce mystère horrible? Il faudrait supposer… — Est-ce que c'est possible ! — Enfin, j'en suis bien sur, puisque je te le dis ! — Otbert, mon bien-aimé, non, tu n'es pas mon fils ! LA VOIX(dans l'ombre.)
Régina ne peut plus attendre qu'un quart d'heure.

OTBERT
Régina !

JOB
Malheureux ! tu veux donc qu'elle meure?

OTBERT
Dieu puissant ! Aussi, moi, mon Dieu ! j'ai trop lutté ! Je me sens ivre et fou ! Dans ce lieu détesté, Où les crimes anciens aux nouveaux se confrontent, Les miasmes du meurtre à la tête me montent ! L'air qu'ici l'on respire est un air malfaisant.(Egaré.)
Est-ce que ce vieux mur veut boire encor du sang ?

JOB(lui remettant le couteau dans la main.)
Oui !

OTBERT
Ne me poussez pas !

JOB
Viens !

OTBERT
Je glisse dans l'abîme ! Je ne me retiens plus qu'à peine aux bords du crime. Je sens qu'en ce moment je puis faire un grand pas, Faire une chose horrible !… —Oh! ne me poussez pas !

JOB
Donc sauve l'innocent et punis le coupable!

OTBERT(prenant le couteau.)
Mais ne voyez-vous pas que j'en serais capable ! Savez-vous que je n'ai qu'à demi ma raison ? Qu'ils m'ont fait boire là je ne sais quel poison, Eux, ces spectres masqués, pour me rendre la force ? Que ce poison m'a mis au cœur une âme corse ? Que je sens Régina qui se meurt ? et qu'enfin La louve est là dans l'ombre et la tigresse a faim !

JOB
Il est temps ! il est temps que mon crime s'expie, Donato m'implorait ici. Je fus impie. Otbert, sois sans pitié comme je fus sans cœur ! Je suis le vieux Satan, sois l'archange vainqueur !

OTBERT(levant le couteau.)
De ma main, malgré moi, Dieu! le meurtre s'échappe!

JOB(à genoux devant lui.)
Vois quel monstre je suis ! Je le poignardai ! Frappe! Je le tuai ! c'était mon frère !
(Otbert, comme fou et hors de lui, lève le couteau. Il va frapper.Quelqu'un lui arrête le bras. Il se retourne et reconnaît l'empereur.)

Autres textes de Victor Hugo

Les Misérables - Tome I : Fantine

Le Tome 1 de "Les Misérables", intitulé "Fantine", se concentre sur plusieurs personnages clés et thèmes qui posent les fondements du récit épique de Victor Hugo. Le livre s'ouvre sur...

Les Contemplations - Au bord de l'infini

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîmeQui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cimeÉtait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.Je me sentais perdu dans l’infini...

Les Contemplations - En marche

Et toi, son frère, sois le frère de mes fils.Cœur fier, qui du destin relèves les défis,Suis à côté de moi la voie inexorable.Que ta mère au front gris soit...

Les Contemplations - Pauca Meae

Pure innocence ! Vertu sainte !Ô les deux sommets d’ici-bas !Où croissent, sans ombre et sans crainte,Les deux palmes des deux combats !Palme du combat Ignorance !Palme du combat Vérité...

Les Contemplations - Les luttes et les rêves

Un soir, dans le chemin je vis passer un hommeVêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.Ce passant s’arrêta, fixant...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024