PREMIÈRE PARTIE - Scène VI



(LES MÊMES, JOB, MAGNUS, OTBERT.)

MAGNUS
Jadis il en était Des serments qu'on faisait dans la vieille Allemagne, Comme de nos habits de guerre et de campagne ; Ils étaient en acier. — J'y songe avec orgueil. — C'était chose solide et reluisante à l'œil, Que l'on n'entamait point sans lutte et sans bataille, À laquelle d'un homme on mesurait la taille, Qu'un noble avait toujours présente à son chevet, Et qui, même rouillée, était bonne et servait. Le brave mort dormait dans sa tombe humble et pure, Couché dans son serment comme dans son armure, Et le temps, qui des morts ronge le vêtement, Parfois brisait l'armure, et jamais le serment. Mais aujourd'hui la foi, l'honneur et les paroles Ont pris le train nouveau des modes espagnoles. Clinquant ! soie! — Un serment, avec ou sans témoins, Dure autant qu'un pourpoint. — Parfois plus, souvent moins! S'use vite, et n'est plus qu'un haillon incommode Qu'on déchire et qu'on jette en disant : Vieille mode !
(À ces paroles de Magnus, tous se sont retournés avec stupeur.Moment de silence parmi les convives)

HATTO(s'inclinant devant les vieillards.)
Mon père !…

MAGNUS
Jeunes gens, vous faites bien du bruit. Laissez les vieux rêver dans l'ombre et dans la nuit. La lueur des festins blesse leurs yeux sévères. Les vieux choquaient l'épée ; enfants ! choquez les verres ! Mais loin de nous !

HATTO
Seigneur !…(En ce moment il aperçoit les portraits disposés sur le mur la face contre la pierre.)
Mais qui donc ?(À Magnus.)
Pardonnez. Ces portraits ! mes aïeux ! qui les a retournés? Qui s'est permis ?…

MAGNUS
C'est moi.

HATTO
Vous ?

MAGNUS
Moi.

HATTO
Mon père !

LE DUC GERHARD(à Hatto.)
Il raille !

MAGNUS
(À HATTO)
Je les ai retournés tous contre la muraille, Pour qu'ils ne puissent voir la honte de leurs fils.

HATTO(furieux.)
Barberousse a puni son grand-oncle Louis, Pour un affront moins grand. Puisqu'à bout on me pousse…

MAGNUS(tournant à demi la tête vers Hatto.)
Il me semble qu'on a parlé de Barberousse, Il me semble qu'on a loué ce compagnon. Que devant moi jamais on ne dise ce nom !

LE COMTE LUPUS(riant.)
Que vous a-t-il donc fait, bonhomme?

MAGNUS
Ô nos ancêtres ! Restez, restez voilés! — Ce qu'il m'a fait, mes maîtres ? — Ne parlais-tu pas, toi, petit comte de Mons ? — Descends les bords du Rhin, du lac jusqu'aux Sept-Monts, Et compte les châteaux détruits sur les deux rives ! Ce qu'il m'a fait ? — Nos sœurs et nos filles captives, Gibets impériaux bâtis pour les vautours Sur nos rochers avec les pierres de nos tours, Assauts, guerre et carnage à tous tant que nous sommes, Carcans d'esclave au cou des meilleurs gentilshommes, Voilà ce qu'il m'a fait ! — et ce qu'il vous a fait ! — Trente ans, sous ce César, qui toujours triomphait, L'incendie et l'exil, les fers, mille aventures, Les juges, les cachots, les greffiers, les tortures, Oui, nous avons souffert tout cela! nous avons, Grand Dieu ! comme des Juifs, comme des esclavons Subi ce long affront, cette longue victoire, Et nos fils dégradés n'en savent plus l'histoire ! — Tout pliait devant lui. — Quand Frédéric premier, Masqué, mais couvert d'or du talon au cimier, Surgissant au sommet d'une brèche enflammée, Jetait son gantelet à toute notre armée, Tout tremblait, tout fuyait, d'épouvante saisi. Mon père seul un jour, —(Montrant l'autre vieillard.)
mon père, que voici ! — Lui barrant le chemin dans une cour étroite, D'un trèfle au feu rougi lui flétrit la main droite ! — Ô souvenirs ! ô temps ! tout s'est évanoui ! L'éclair a disparu de notre œil ébloui. Les barons sont tombés ; les burgs jonchent la plaine. De toute la forêt il ne reste qu'un chêne,(S'inclinant devant le vieillard.)
Et ce chêne, c'est vous, mon père vénéré !(Se redressant.)
— Barberousse ! — Malheur à ce nom abhorré ! — Nos blasons sont cachés sous l'herbe et les épines. Le Rhin déshonoré coule entre des ruines ! — Oh ! je nous vengerai! — ce sera ma grandeur ! — Sans trêve, sans merci, sans pitié, sans pudeur, Sur lui, s'il n'est pas mort, ou du moins sur sa race, Rien ne m'empêchera de le frapper! — Dieu fasse Qu'avant d'être au tombeau mon cœur soit soulagé, Que je ne meure pas avant d'être vengé ! Car, pour avoir enfin cette suprême joie, Pour sortir de la tombe et ressaisir ma proie, Pour pouvoir revenir sur terre après ma mort, Jeunes gens, je ferais quelque exécrable effort! Oui, que Dieu veuille ou non, le front haut, le cœur ferme, Je veux, quelle que soit la porte qui m'enferme, Porte du paradis ou porte de l'enfer, La briser(Etendant les bras.)
d'un seul coup de ce poignet de fer ! —(Il s'arrête, s'interrompt, et reste un moment silencieux.)
Hélas ! que dis-je là, moi, vieillard solitaire !
(Il tombe dans une profonde rêverie, et semble ne plus rien entendre autour de lui. Peu à peu la joie et la hardiesse renaissent parmi les convives. Les deux vieillards semblent deux statues. Le vincircule et les rires recommencent.)

HATTO(bas au du duc Gerhard en lui montrant les vieillards avec un haussement d'épaules.)
L'âge leur a troublé l'esprit.

GORLOIS(bas au comte Lupus en lui montrant Hatto)
Un jour mon père Sera comme eux, et moi je serai comme lui.

HATTO(au duc.)
Tous nos soldats leur sont dévoués. Quel ennui !
(Cependant Gorlois et quelques pages se sont approchés de la fenêtre et regardent au dehors. Tout à coup Gorlois se retourne.)

GORLOIS(à Hatto.)
Ha ! père, viens donc voir ce vieux à barbe blanche !

LE COMTE LUPUS(courant à la fenêtre.)
Comme il monte à pas lents le sentier ! son front penche.

GORLOIS(s'approchant.)
Est-il las !

LE COMTE LUPUS
Le vent souffle aux trous de son manteau.

GORLOIS
On dirait qu'il demande abri dans le château.

LE MARGRAVE GILISSA
C'est quelque mendiant !

CADWALLA
Quelque espion !

LE BURGRAVE DARIUS
Arrière !

HATTO(à la fenêtre.)
Qu'on me chasse à l'instant ce drôle à coups de pierre !

LE COMTE LUPUS, GORLOIS ET LES PAGES ( JETANT DES PIERRES)
Va-t'en, chien !

MAGNUS(comme se réveillant en sursaut.)
En quel temps sommes-nous, Dieu puissant ! Et qu'est-ce donc que ceux qui vivent à présent ? On chasse à coups de pierre un vieillard qui supplie !(Les regardant tous en face.)
De mon temps, — nous avions aussi notre folie, Nos festins, nos chansons… — On était jeune enfin ! Mais qu'un vieillard, vaincu par l'âge et par la faim, Au milieu d'un banquet, au milieu d'une orgie, Vint à passer, tremblant, la main de froid rougie, Soudain on remplissait, cessant tout propos vain, Un casque de monnaie, un verre de bon vin. C'était pour ce passant, que Dieu peut-être envoie ! Après, nous reprenions nos chants, car, plein de joie, Un peu de vin au cœur, un peu d'or dans la main, Le vieillard souriant poursuivait son chemin. — Sur ce que nous faisions jugez ce que vous faites !

JOB(se redressant, faisant un pas, et touchant l'épaule de Magnus.)
Jeune homme, taisez-vous. — De mon temps, dans nos fêtes, Quand nous buvions, chantant plus haut que vous encor, Autour d'un bœuf entier posé sur un plat d'or, S'il arrivait qu'un vieux passât devant la porte, Pauvre, en haillons, pieds nus, suppliant ; une escorte L'allait chercher ; sitôt qu'il entrait, les clairons Éclataient ; on voyait se lever les barons ; Les jeunes, sans parler, sans chanter, sans sourire, S'inclinaient, fussent-ils princes du saint-empire; Et les vieillards tendaient la main à l'inconnu En lui disant : Seigneur, soyez le bienvenu !(À Gorlois.)
— Va quérir l'étranger !

HATTO(s'inclinant.)
Mais…

JOB(à Hatto.)
Silence !

LE DUC GERHARD(à Job.)
Excellence…

JOB(au duc.)
Qui donc ose parler lorsque j'ai dit : Silence !
(Tous reculent et se taisent. Gorlois obéit et sort.)

OTBERT(à part.)
Bien, comte! — Ô vieux lion, contemple avec effroi Ces chats-tigres hideux qui descendent de toi ; Mais s'ils te font enfin quelque injure dernière, Fais-les frissonner tous en dressant ta crinière !

GORLOIS(rentrant, à Job.)
Il monte, monseigneur.

JOB(à ceux des princes qui sont restés assis.)
Debout !(À ses fils.)
— autour de moi !(À Gorlois.)
Ici !(Aux hérauts et aux trompettes.)
Sonnez, clairons, ainsi que pour un roi !(Fanfares. Les burgraves et les princes se rangent à gauche. Tous les fils et petits-fils de Job, à droite autour de lui. Les pertuisaniers au fond, avec la bannière haute.)
Bien.
(Entre par la galerie du fond un mendiant, qui paraît presque aussi vieux que le comte Job. Sa barbe blanche lui descend jusqu'au ventre. Il est vêtu d'une robe de bure brune à capuchon en lambeaux, et d'un grand manteau brun troué ; il a la tête nue, une ceinture de corde où pend un chapelet à gros grains, des chaussures de corde à ses pieds nus. Il s'arrête au haut du degré de sixmarches, et reste immobile, appuyé sur un long bâton noueux. Les pertuisaniers le saluent de la bannière et les clairons d'une nouvelle fanfare. Depuis quelques instants Guanhumara a reparu à l'étage supérieur du promenoir et elle assiste à toute la scène.)

Autres textes de Victor Hugo

Les Misérables - Tome I : Fantine

Le Tome 1 de "Les Misérables", intitulé "Fantine", se concentre sur plusieurs personnages clés et thèmes qui posent les fondements du récit épique de Victor Hugo. Le livre s'ouvre sur...

Les Contemplations - Au bord de l'infini

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîmeQui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cimeÉtait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.Je me sentais perdu dans l’infini...

Les Contemplations - En marche

Et toi, son frère, sois le frère de mes fils.Cœur fier, qui du destin relèves les défis,Suis à côté de moi la voie inexorable.Que ta mère au front gris soit...

Les Contemplations - Pauca Meae

Pure innocence ! Vertu sainte !Ô les deux sommets d’ici-bas !Où croissent, sans ombre et sans crainte,Les deux palmes des deux combats !Palme du combat Ignorance !Palme du combat Vérité...

Les Contemplations - Les luttes et les rêves

Un soir, dans le chemin je vis passer un hommeVêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.Ce passant s’arrêta, fixant...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024