PREMIÈRE PARTIE - Scène IV



(OTBERT, GUANHUMARA.)

OTBERT(marchant droit à Guanhumara.)
Guanhumara, ta main. J'ai besoin de toi, viens.

GUANHUMARA
Toi, passe ton chemin.

OTBERT
Ecoute-moi.

GUANHUMARA
Tu vas me demander encore Ton pays ? ta famille? — Eh bien! si je l'ignore — Si ton nom est Otbert? si ton nom est Yorghi ? Pourquoi dans mon exil ton enfance a langui ? Si c'est au pays corse, ou bien en Moldavie, Qu'enfant je te trouvai, nu, seul, cherchant ta vie ? Pourquoi dans ce château je t'ai dit de venir ? Pourquoi moi-même à toi j'ose m'y réunir, En te disant pourtant de ne pas me connaître ? Pourquoi, bien que Régine ait fléchi notre maître, Je garde au cou ma chaîne, et d'où vient qu'en tout lieu, En tout temps, comme on fait pour accomplir un vœu,(Montrant son pied.)
J'ai porté cet anneau que tu me vois encore ? Enfin si je suis Corse, ou Slave, ou Juive, ou Maure? Je ne veux pas répondre et je ne dirai rien. Livre-moi, si tu veux. Mais non, je le sais bien, Tu ne trahiras pas, quoique nourrice amère, Celle qui t'a nourri, qui t'a servi de mère. Et puis la mort n'a rien qui puisse me troubler.
(Elle veut passer outre. Il la retient.)

OTBERT
Mais ce n'est pas de moi que je veux te parler. Dis-moi, toi qui sais tout, Régina…

GUANHUMARA
Sera morte Avant un mois.
(Elle veut s'éloigner. Il l'arrête encore.)

OTBERT
Peux-tu la sauver ?

GUANHUMARA
Que m'importe!(Rêvant et se parlant à elle-même.)
Oui, quand j'étais dans l'Inde, au fond des bois j'errais, J'allais, étudiant, dans la nuit des forêts, Blême, effrayante à voir, horrible aux lions mêmes, Les herbes, les poisons, et les philtres suprêmes Qui font qu'un trépassé redevient tout d'abord Vivant, et qu'un vivant prend la face d'un mort.

OTBERT
Peux-tu la sauver, dis ?

GUANHUMARA
Oui.

OTBERT
Par pitié, par grâce, Pour Dieu qui nous entend, par tes pieds que j'embrasse. Sauve-la, guéris-la !

GUANHUMARA
Si tout à l'heure ici, Quand tes yeux contemplaient Régina, ton souci, Hatto soudain était entré comme un orage, Si devant toi, féroce et riant avec rage, Il l'avait poignardée, elle, et jeté son corps Au torrent qui rugit comme un tigre dehors ; Puis, si, te saisissant de sa main assassine, Il t'avait exposé dans la ville voisine, L'anneau d'esclave au pied, nu, mourant, attaché Comme une chose à vendre, au poteau du marché ; S'il t'avait en effet, toi soldat, toi né libre, Vendu, pour qu'on t'attelle aux barques sur le Tibre ! Suppose maintenant qu'après ce jour hideux La mort près de cent ans vous oubliât tous deux ; Après avoir erré de rivage en rivage, Quand tu reviendrais vieux de ce long esclavage, Que te resterait-il au cœur ? Parle à présent.

OTBERT
La vengeance, le meurtre, et la soif de son sang.

GUANHUMARA
Eh bien! je suis le meurtre et je suis la vengeance. Je vais, fantôme aveugle, au but marqué d'avance; Je suis la soif du sang ! Que me demandes-tu ? D'avoir de la pitié, d'avoir de la vertu, De sauver des vivants ? J'en ris lorsque j'y pense. Tu dis avoir besoin de moi ? Quelle imprudence ! Et si, de mon côté, glaçant ton cœur d'effroi, Je te disais aussi que j'ai besoin de toi ? Que j'ai pour mes projets élevé ton enfance ? Que je recule, moi, devant ton innocence ? Recule donc alors, enfant que j'ai quitté, Devant ma solitude et ma calamité ! — Je viens de te conter mon histoire. Est-ce infâme ? Seulement, c'est l'amant qu'on a tué ; la femme, — C'était moi, — fut vendue et survit ; l'assassin Survit aussi ; tu peux servir à mon dessein. — Oh! j'ai gémi longtemps. Toute l'eau de la rue A coulé sur mon front, et je suis devenue Hideuse et formidable à force de souffrir. J'ai vécu soixante ans de ce qui fait mourir, De douleur ; faim, misère, exil, pliant ma tête ; J'ai vu le Nil, l'Indus, l'Océan, la tempête, Et les immenses nuits des pôles étoiles ; De durs anneaux de fer dans ma chair sont scellés ; Vingt maîtres différents, moi, malade et glacée, Moi, femme, à coups de fouet devant eux m'ont chassée. Maintenant, c'est fini. Je n'ai plus rien d'humain,(Mettant la main sur son cœur.)
Et je ne sens rien là quand j'y pose la main. Je suis une statue et j'habite une tombe. Un jour de l'autre mois; vers l'heure où le soir tombe, J'arrivai, pâle et froide, en ce château perdu ; Et je m'étonne encor qu'on n'ait pas entendu, Au bruit de l'ouragan courbant les branches d'arbre, Sur ce pavé fatal venir mes pieds de marbre. Eh bien ! moi, dont jamais la haine n'a dormi, Aujourd'hui, si je veux, je tiens mon ennemi, Je le tiens; il suffit, si je marque son heure, D'un mot pour qu'il chancelle, et d'un pas pour qu'il meure ! Faut-il le répéter? C'est toi, toi seul qui peux Me donner la vengeance ainsi que je la veux. Mais, au moment d'atteindre à ce but si terrible, Je me suis dit : Non ! non ! ce serait trop horrible ! Moi qui touche à l'enfer, je me sens hésiter. Ne viens pas me chercher! ne viens pas me tenter ! Car, si nous en étions à des marchés semblables, Je te demanderais des choses effroyables. Dis, voudrais-tu tirer ton poignard du fourreau ? Te faire meurtrier ? — te ferais-tu bourreau ? Tu frémis ! va-t'en donc, cœur faible, bras débile ! Je ne te parle pas, mais laisse-moi tranquille !

OTBERT(pâle et baissant la voix.)
Qu'exigerais-tu donc de moi ?

GUANHUMARA
Reste innocent. Va-t'en !

OTBERT
Pour la sauver je donnerais mon sang.

GUANHUMARA
Va-t'en !

OTBERT
Je commettrais un crime. Es-tu contente?

GUANHUMARA
Il me tente, démons ! vous voyez qu'il me tente. Eh bien ! je le saisis ! — Tu vas m'appartenir. Ne perds pas désormais, quoi qu'il puisse advenir, Ton temps à me prier. Mon âme est pleine d'ombre ; La prière se perd dans sa profondeur sombre. Je te l'ai dit, je suis sans pitié, sans remord, À moins de voir vivant celui que j'ai vu mort, Donato que j'aimais ! — Et maintenant, écoute, Je t'avertis au seuil de cette affreuse route, Une dernière fois. Je te dis tout. — Il faut Tuer quelqu'un, tuer comme sur l'échafaud, Ici, qui je voudrai, quand je voudrai, sans grâce, Sans pardon ! — Vois !

OTBERT
Poursuis.

GUANHUMARA
Chaque souffle qui passe Pousse ta Régina vers la tombe. Sans moi Elle est morte. Je puis seule la sauver. Voi Ce flacon. Chaque soir qu'elle en boive une goutte, Elle vivra.

OTBERT
Grand Dieu ! dis-tu vrai ? Donne !

GUANHUMARA
Ecoute. Si demain tu la vois, grâce à cette liqueur, Venir, à toi, la vie au front, la joie au cœur, Ange ressuscité, souriante figure, Tu m'appartiens !

OTBERT(éperdu.)
C'est dit.

GUANHUMARA
Jure-le.

OTBERT
Je le jure.

GUANHUMARA
Ta Régina d'ailleurs me répondra de toi. C'est elle qui paierait pour ton manque de foi. Tu le sais, je connais cette antique demeure ; J'en sais tous les secrets ; partout j'entre à toute heure !

OTBERT(étendant la main pour saisir la fiole.)
Tu dis qu'elle vivra ?

GUANHUMARA
Oui. Songe à ton serment !

OTBERT
Elle sera sauvée?

GUANHUMARA
Oui. Songe qu'au moment Où tu prendras ceci — je vais prendre ton âme.

OTBERT
Donne et prends.

GUANHUMARA(lui remettant le flacon.)
À demain !

OTBERT
À demain !
(Guanhumara sort.)

OTBERT(seul.)
Merci, femme ! Quel que soit ton projet, qui que tu sois, merci ! Ma Régina vivra ! — Mais portons-lui ceci !(Il se dirige vers la porte bâtarde, puis s'arrête un moment et fixe son regard sur la fiole.)
Oh ! que l'enfer me prenne, et qu'elle vive !
(Il entre précipitamment sous la porte bâtarde, qui se referme derrière lui. Cependant on entend ducôté opposé des rires et des chants qui semblent se rapprocher. La grande porte s'ouvre à deux battants.Entrent, avec une rumeur de joie, les princes et les burgraves, conduits par Hatto, tous couronnés de fleurs, vêtus de soie et d'or, sans cottes de mailles, sans gambessons et sans brassards, et le verre en main. Ils causent, boivent et rient par groupes, au milieu desquels circulent des pages portant des flacons pleins de vin, des aiguières d'or et des plateaux chargés de fruits. Au fond, des pertuisaniers immobiles et silencieux. Musiciens, clairons, trompettes, hérauts d'armes.)

Autres textes de Victor Hugo

Les Misérables - Tome I : Fantine

Le Tome 1 de "Les Misérables", intitulé "Fantine", se concentre sur plusieurs personnages clés et thèmes qui posent les fondements du récit épique de Victor Hugo. Le livre s'ouvre sur...

Les Contemplations - Au bord de l'infini

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîmeQui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cimeÉtait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.Je me sentais perdu dans l’infini...

Les Contemplations - En marche

Et toi, son frère, sois le frère de mes fils.Cœur fier, qui du destin relèves les défis,Suis à côté de moi la voie inexorable.Que ta mère au front gris soit...

Les Contemplations - Pauca Meae

Pure innocence ! Vertu sainte !Ô les deux sommets d’ici-bas !Où croissent, sans ombre et sans crainte,Les deux palmes des deux combats !Palme du combat Ignorance !Palme du combat Vérité...

Les Contemplations - Les luttes et les rêves

Un soir, dans le chemin je vis passer un hommeVêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.Ce passant s’arrêta, fixant...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024