ACTE QUATRIÈME - Scène V



(LE ROI, ENDORMI DANS LE GRENIER, SALTABADIL ET MAGUELONNE DANS LA SALLE BASSE, BLANCHE DEHORS.)

BLANCHE(venant à pas lents dans l'ombre, à la lueur des éclairs. Il tonne à chaque instant.)
Une chose terrible ! – Ah ! je perds la raison. – Il doit passer la nuit dans cette maison même. – Oh ! je sens que je touche à quelque instant suprême. – Mon père, pardonnez, vous n'êtes plus ici. Je vous désobéis d'y revenir ainsi ; Mais je n'y puis tenir. –(S'approchant de la maison.)
Qu'est-ce donc qu'on va faire ? Comment cela va-t-il finir ? – Moi qui naguère, Ignorant l'avenir, le monde et les douleurs, Pauvre fille, vivais cachée avec des fleurs, Me voir soudain jetée en des choses si sombres ! – Ma vertu, mon bonheur, hélas ! tout est décombres ! Tout est deuil ! – Dans les cœurs où ses flammes ont lui L'amour ne laisse donc que ruine après lui ? De tout cet incendie il reste un peu de cendre. Il ne m'aime donc plus ! –(Relevant la tête.)
Il me semblait entendre, Tout à l'heure, à travers ma pensée, un grand bruit Sur ma tête. Il tonnait, je crois. – L'affreuse nuit ! Il n'est rien qu'une femme au désespoir ne fasse. Moi qui craignais mon ombre !(Apercevant la lumière de la maison.)
Oh ! qu'est-ce qui se passe ?(Elle avance, puis recule.)
Tandis que je suis là, Dieu ! j'ai le cœur saisi ! Pourvu qu'on n'aille pas tuer quelqu'un ici !
(Maguelonne et Saltabadil se remettent à causer dans la salle voisine.)

SALTABADIL
Quel temps !

MAGUELONNE
Pluie et tonnerre.

SALTABADIL
Oui, l'on fait à cette heure Mauvais ménage au ciel ; l'un gronde et l'autre pleure.

BLANCHE
Si mon père savait à présent où je suis !

MAGUELONNE
Mon frère !

BLANCHE(tressaillant.)
On a parlé, je crois.
(Elle se dirige en tremblant vers la maison, et applique à la fente du mur ses yeux et ses oreilles.)

MAGUELONNE
Mon frère !

SALTABADIL
Et puis ?

MAGUELONNE
Sais-tu, mon frère, à quoi je pense ?

SALTABADIL
Non.

MAGUELONNE
Devine.

SALTABADIL
Au diable !

MAGUELONNE
Ce jeune homme est de fort bonne mine. Grand, fier comme Apollo, beau, galant par-dessus. Il m'aime fort. Il dort comme un enfant Jésus. Ne le tuons pas.

BLANCHE(qui entend et voit tout.)
Ciel !

SALTABADIL(tirant d'un coffre un vieux sac de toile et un pavé, et présentant le sac à Maguelonne d'un air impassible.)
Recouds-moi tout de suite Ce vieux sac.

MAGUELONNE
Pourquoi donc ?

SALTABADIL
Pour y mettre au plus vite, Quand j'aurai dépêché là-haut ton Apollo, Son cadavre et ce grès, et tout jeter à l'eau.

MAGUELONNE
Mais…

SALTABADIL
Ne te mêle pas de cela, Maguelonne.

MAGUELONNE
Si…

SALTABADIL
Si l'on t'écoutait, on ne tuerait personne. Raccommode le sac.

BLANCHE
Quel est ce couple-ci ? N'est-ce pas dans l'enfer que je regarde ainsi ?

MAGUELONNE(se mettant à raccommoder le sac.)
J'obéis. – Mais causons.

SALTABADIL
Soit.

MAGUELONNE
Tu n'as pas de haine Contre ce cavalier ?

SALTABADIL
Moi ! C'est un capitaine ! J'aime les gens d'épée, en étant moi-même un.

MAGUELONNE
Tuer un beau garçon qui n'est pas du commun, Pour un méchant bossu fait comme un S !

SALTABADIL
En somme, J'ai reçu d'un bossu pour tuer un bel homme, Cela m'est fort égal, dix écus tout d'abord ; J'en aurai dix de plus en livrant l'homme mort. Livrons. C'est clair.

MAGUELONNE
Tu peux tuer le petit homme Quand il va repasser avec toute la somme. Cela revient au même.

BLANCHE
Ô mon père !

MAGUELONNE
Est-ce dit ?

SALTABADIL(regardant Maguelonne en face.)
Hein ! pour qui me prends-tu, ma sœur ? suis-je un bandit ? Suis-je un voleur ? Tuer un client qui me paie !

MAGUELONNE(lui montrant un fagot.)
Hé bien ! mets dans le sac ce fagot de futaie. Dans l'ombre, il le prendra pour son homme.

SALTABADIL
C'est fort. Comment veux-tu qu'on prenne un fagot pour un mort ? C'est immobile, sec, tout d'une pièce, roide, Cela n'est pas vivant.

BLANCHE
Que cette pluie est froide !

MAGUELONNE
Grâce pour lui !

SALTABADIL
Chansons !

MAGUELONNE
Mon bon frère !

SALTABADIL
Plus bas ! Il faut qu'il meure ! Allons, tais-toi.

MAGUELONNE
Je ne veux pas ! Je l'éveille et le fais évader.

BLANCHE
Bonne fille !

SALTABADIL
Et les dix écus d'or ?

MAGUELONNE
C'est vrai.

SALTABADIL
Là, sois gentille, Laisse-moi faire, enfant !

MAGUELONNE
Non. Je veux le sauver !
(Maguelonne se place d'un air déterminé devant l'escalier, pour barrer le passage à son frère. Saltabadil, vaincu par sa résistance, revient sur le devant de la scène et paraît chercher dans son esprit un moyen de tout concilier.)

SALTABADIL
Voyons. – L'autre à minuit viendra me retrouver. Si d'ici là quelqu'un, un voyageur, n'importe, Vient nous demander gîte et frappe à notre porte, Je le prends, je le tue, et puis, au lieu du tien, Je le mets dans le sac. L'autre n'y verra rien. Il jouira toujours autant dans la nuit close, Pourvu qu'il jette à l'eau quelqu'un ou quelque chose. C'est tout ce que je puis faire pour toi.

MAGUELONNE
Merci. Mais qui diable veux-tu qui passe par ici ?

SALTABADIL
Seul moyen de sauver ton homme.

MAGUELONNE
À pareille heure !

BLANCHE
Ô Dieu ! vous me tentez, vous voulez que je meure ! Faut-il que pour l'ingrat je franchisse ce pas ? Oh ! non, je suis trop jeune ! – Oh ! ne me poussez pas, Mon Dieu !
(Il tonne.)

MAGUELONNE
S'il vient quelqu'un dans une nuit pareille, Je m'engage à porter la mer dans ma corbeille.

SALTABADIL
Si personne ne vient, ton beau jeune homme est mort.

BLANCHE(frissonnant.)
Horreur ! – Si j'appelais le guet !… Mais non, tout dort, D'ailleurs cet homme-là dénoncerait mon père. Je ne veux pas mourir pourtant. J'ai mieux à faire, J'ai mon père à soigner, à consoler ; et puis Mourir avant seize ans, c'est affreux ! Je ne puis ! Ô Dieu ! sentir le fer entrer dans ma poitrine ! Ah !
(Une horloge frappe un coup.)

SALTABADIL
Ma sœur, l'heure sonne à l'horloge voisine.(Deux autres coups.)
C'est onze heures trois quarts. Personne avant minuit Ne viendra. Tu n'entends au dehors aucun bruit ? Il faut pourtant finir, je n'ai plus qu'un quart d'heure.
(Il met le pied sur l'escalier. Maguelonne le retient en sanglotant.)

MAGUELONNE
Mon frère, encore un peu !

BLANCHE
Quoi ! cette femme pleure ! Et moi, je reste là, qui peux le secourir ! Puisqu'il ne m'aime plus, je n'ai plus qu'à mourir. Hé bien ! mourons pour lui. –(Hésitant encore.)
C'est égal, c'est horrible !

SALTABADIL(à Maguelonne.)
Non, je ne puis attendre, enfin c'est impossible.

BLANCHE
Encor si l'on savait comme ils vous frapperont ! Si l'on ne souffrait pas ! mais on vous frappe au front, Au visage… Ô mon Dieu !

SALTABADIL(essayant toujours de se dégager de Maguelonne, qui l'arrête.)
Que veux-tu que je fasse ? Crois-tu pas que quelqu'un viendra prendre sa place ?

BLANCHE(grelottant sous la pluie.)
Je suis glacée !(Se dirigeant vers la porte.)
Allons !(S'arrêtant.)
Mourir ayant si froid !
(Elle se traîne en chancelant jusqu'à la porte et y frappe un faible coup.)

MAGUELONNE
On frappe.

SALTABADIL
C'est le vent qui fait craquer le toit,
(Blanche frappe de nouveau.)

MAGUELONNE
On frappe.
(Elle court ouvrir la lucarne et regarde au dehors.)

SALTABADIL
C'est étrange !

MAGUELONNE(à Blanche.)
Holà ! qu'est-ce ?(À Saltabadil.)
Un jeune homme.

BLANCHE
Asile pour la nuit.

SALTABADIL
Il va faire un fier somme !

MAGUELONNE
Oui, la nuit sera longue.

BLANCHE
Ouvrez !

SALTABADIL(à Maguelonne.)
Attends ! – Mordieu ! Donne-moi mon couteau, que je l'aiguise un peu.
(Elle lui donne son couteau, qu'il aiguise au fer d'une faux.)

BLANCHE
Ciel ! j'entends le couteau qu'ils aiguisent ensemble !

MAGUELONNE
Pauvre jeune homme ! il frappe à son tombeau.

BLANCHE
Je tremble. Quoi ! je vais donc mourir !(Tombant à genoux.)
Ô Dieu, vers qui je vais, Je pardonne à tous ceux qui m'ont été mauvais ; Mon père, et vous, mon Dieu, pardonnez-leur de même, Au roi François Premier, que je plains et que j'aime, À tous, même au démon, même à ce réprouvé, Qui m'attend là, dans l'ombre, avec un fer levé ! J'offre pour un ingrat ma vie en sacrifice. S'il en est plus heureux, oh ! qu'il m'oublie ! – et puisse, Dans sa prospérité que rien ne doit tarir, Vivre longtemps celui pour qui je vais mourir !(Se levant.)
– L'homme doit être prêt !
(Elle va frapper de nouveau à la porte.)

MAGUELONNE(à Saltabadil.)
Hé ! dépêche, il se lasse.

SALTABADIL(essayant sa lame sur la table.)
Bon. – Derrière la porte attends que je me place.

BLANCHE
J'entends tout ce qu'il dit. Oh !
(Saltabadil se place derrière la porte, de manière qu'en s'ouvrant en dedans elle le cache à la personne qui entre sans le cacher au spectateur.)

MAGUELONNE(à Saltabadil.)
J'attends le signal.

SALTABADIL(derrière la porte, le couteau à la main.)
Ouvre.

MAGUELONNE(ouvrant à Blanche.)
Entrez.

BLANCHE(à part.)
Ciel ! il va me faire bien du mal !
(Elle recule.)

MAGUELONNE
Hé bien ! qu'attendez-vous ?

BLANCHE(à part.)
La sœur aide le frère. – Ô Dieu ! pardonnez-leur ! – Pardonnez-moi, mon père !
(Elle entre. Au moment où elle paraît sur le seuil de la cabane, on voit Saltabadil lever son poignard. La toile tombe.)

Autres textes de Victor Hugo

Les Misérables - Tome I : Fantine

Le Tome 1 de "Les Misérables", intitulé "Fantine", se concentre sur plusieurs personnages clés et thèmes qui posent les fondements du récit épique de Victor Hugo. Le livre s'ouvre sur...

Les Contemplations - Au bord de l'infini

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîmeQui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cimeÉtait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.Je me sentais perdu dans l’infini...

Les Contemplations - En marche

Et toi, son frère, sois le frère de mes fils.Cœur fier, qui du destin relèves les défis,Suis à côté de moi la voie inexorable.Que ta mère au front gris soit...

Les Contemplations - Pauca Meae

Pure innocence ! Vertu sainte !Ô les deux sommets d’ici-bas !Où croissent, sans ombre et sans crainte,Les deux palmes des deux combats !Palme du combat Ignorance !Palme du combat Vérité...

Les Contemplations - Les luttes et les rêves

Un soir, dans le chemin je vis passer un hommeVêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.Ce passant s’arrêta, fixant...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024