ACTE QUATRIÈME - Scène IV



(LES MÊMES, MOINS TRIBOULET.)

SALTABADIL(resté seul, examinant l'horizon qui se charge de nuages du côté de Saint-Germain. La nuit est presque tombée ; quelques éclairs.)
L'orage vient, la ville en est presque couverte. Tant mieux ! tantôt la grève en sera plus déserte.(Réfléchissant.)
Autant qu'on peut juger de tout ceci, ma foi, Tous ces gens-là m'ont l'air d'avoir on ne sait quoi. Je ne devine rien de plus, l'aze me quille !
(Il examine le ciel en hochant la tête. Pendant ce temps-là, le roi badine avec Maguelonne.)

LE ROI(essayant de lui prendre la taille.)
Maguelonne !

MAGUELONNE(lui échappant.)
Attendez !

LE ROI
Ô la méchante fille !

MAGUELONNE(chantant.)
Bourgeon qui pousse en avril Met peu de vin au baril.

LE ROI
Quelle épaule ! quel bras ! ma charmante ennemie, Qu'il est blanc ! – Jupiter ! la belle anatomie ! Pourquoi faut-il que Dieu qui fit ces beaux bras nus Ait mis le cœur d'un Turc dans ce corps de Vénus ?

MAGUELONNE
Lairelanlaire !(Repoussant encore le roi.)
Point. Mon frère vient.
(Entre Saltabadil, qui referme la porte sur lui.)

LE ROI
Qu'importe !
(On entend un tonnerre éloigné.)

MAGUELONNE
Il tonne.

SALTABADIL
Il va pleuvoir d'une admirable sorte.

LE ROI(frappant sur l'épaule de Saltabadil.)
Bon. Qu'il pleuve ! – Il me plaît cette nuit de choisir Ta chambre pour logis.

MAGUELONNE
C'est votre bon plaisir ? Prend-il des airs de roi ! – Monsieur, votre famille S'alarmera.
(Saltabadil la tire par le bras et lui fait des signes.)

LE ROI
Je n'ai ni grand'mère, ni fille, Et je ne tiens à rien.

SALTABADIL(à part.)
Tant mieux !
(La pluie commence à tomber à larges gouttes. Il est nuit noire.)

LE ROI(à Saltabadil.)
Tu coucheras, Mon cher, à l'écurie, au diable, où tu voudras.

SALTABADIL(saluant.)
Merci.

MAGUELONNE(au roi, très bas et très vivement, tout en allumant une lampe.)
Va-t'en !

LE ROI(éclatant de rire et tout haut.)
Il pleut. Veux-tu pas que je sorte D'un temps à ne pas mettre un poète à la porte ?
(Il va regarder à la fenêtre.)

SALTABADIL(bas à Maguelonne, lui montrant l'or qu'il a dans la main.)
Laisse-le donc rester ! – Dix écus d'or ! et puis Dix autres à minuit.(Gracieusement au roi.)
Trop heureux si je puis Offrir pour cette nuit à monseigneur ma chambre !

LE ROI(riant.)
On y grille en juillet, en revanche en décembre On y gèle, est-ce pas ?

SALTABADIL
Monsieur la veut-il voir ?

LE ROI
Voyons.
(Saltabadil prend la lampe. Le roi va dire deux mots en riant à l'oreille de Maguelonne. Puis tous deux montent l'échelle qui mène à l'étage supérieur, Saltabadil précédant le roi.)

MAGUELONNE(restée seule.)
Pauvre jeune homme !(Allant à une fenêtre,)
Ô mon Dieu ! qu'il fait noir !
(On voit par la lucarne d'en haut Saltabadil et le roi dans le grenier.)

SALTABADIL(au roi.)
Voici le lit, monsieur, la chaise ; puis la table.

LE ROI
Combien de pieds en tout ?(Il regarde alternativement le lit, la table et la chaise.)
Trois, six, neuf, – admirable ! Tes meubles étaient donc à Marignan, mon cher, Qu'ils sont tous éclopés ?(S'approchant de la lucarne, dont les carreaux sont cassés.)
Et l'on dort en plein air. Ni vitres, ni volets. Impossible qu'on traite Le vent qui veut entrer de façon plus honnête !(À Saltabadil, qui vient d'allumer une veilleuse sur la table.)
Bonsoir.

SALTABADIL
Que Dieu vous garde !
(Il sort, pousse la porte, et on l'entend redescendre lentement l'escalier.)

LE ROI(seul, débouclant son baudrier.)
Ah ! je suis las, mordieu ! – Donc, en attendant mieux, je vais dormir un peu.(Il pose sur la chaise son chapeau et son épée, défait ses bottes et s'étend sur le lit.)
Que cette Maguelonne est fraîche, vive, alerte !(Se redressant.)
J'espère bien qu'il a laissé la porte ouverte. – Oui, c'est bien !
(Il se recouche, et en un moment on le voit profondément endormi sur le grabat. Cependant Maguelonne et Saltabadil sont tous deux dans la salle inférieure. L'orage a éclaté depuis quelquesinstants. Il couvre le théâtre de pluie et d'éclairs. À chaque instant des coups de tonnerre. Maguelonne est assise près de la table, quelque couture à la main. Son frère achève de vider, d'un air réfléchi, la bouteille qu'a laissée le roi. Tous deux gardent quelque temps le silence, comme préoccupés d'une idée grave.)

MAGUELONNE
Ce jeune homme est charmant !

SALTABADIL
Je crois bien. Il met vingt écus d'or dans ma poche.

MAGUELONNE
Combien ?

SALTABADIL
Vingt écus.

MAGUELONNE
Il valait plus que cela.

SALTABADIL
Poupée ! Va voir là-haut s'il dort. N'a-t-il pas une épée ? Descends-la.
(Maguelonne obéit. L'orage est dans toute sa violence. On voit paraître, au fond du théâtre, Blanche, vêtue d'habits d'homme, habit de cheval, des bottes et des éperons, en noir ; elle s'avance lentement vers la masure, tandis que Saltabadil boit et que Maguelonne, dans le grenier, considère avec sa lampe le roi endormi.)

MAGUELONNE(les larmes aux yeux.)
Quel dommage !(Elle prend l'épée.)
Il dort. Pauvre garçon !
(Elle redescend et rapporte l'épée à son frère.)

Autres textes de Victor Hugo

Les Misérables - Tome I : Fantine

Le Tome 1 de "Les Misérables", intitulé "Fantine", se concentre sur plusieurs personnages clés et thèmes qui posent les fondements du récit épique de Victor Hugo. Le livre s'ouvre sur...

Les Contemplations - Au bord de l'infini

J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîmeQui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cimeÉtait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.Je me sentais perdu dans l’infini...

Les Contemplations - En marche

Et toi, son frère, sois le frère de mes fils.Cœur fier, qui du destin relèves les défis,Suis à côté de moi la voie inexorable.Que ta mère au front gris soit...

Les Contemplations - Pauca Meae

Pure innocence ! Vertu sainte !Ô les deux sommets d’ici-bas !Où croissent, sans ombre et sans crainte,Les deux palmes des deux combats !Palme du combat Ignorance !Palme du combat Vérité...

Les Contemplations - Les luttes et les rêves

Un soir, dans le chemin je vis passer un hommeVêtu d’un grand manteau comme un consul de Rome,Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.Ce passant s’arrêta, fixant...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024