Scène XXII



(CATHOS, surnommée LISETTE ; UNE DAME INCONNUE ; MARTON, suivante de la dame ; les acteurs précédents.)

LISETTE (, au Chevalier.)
Voici une dame qui demande Monsieur le Chevalier.

MADAME LA THIBAUDIÈRE
Quoi ! jusque chez moi ?

L'INCONNUE (, au Chevalier, regardant la Marquise.)
Ah ! je vous y prends, Monsieur !… voilà donc pour qui vous me négligez ? (Et à la Marquise.)
Comptez-vous sur son cœur, Madame ?

MADAME LA THIBAUDIÈRE (, d'un air moqueur, et riant.)
Vous êtes si dangereuse que je ne sais plus qu'en penser.

L'INCONNUE
Je vous avertis que j'ai sur lui des droits, qui me paraissent un peu meilleurs que les vôtres.

MADAME LA THIBAUDIÈRE (, ironiquement.)
Meilleurs que les miens ! et c'est vous qui êtes obligée de le venir enlever de chez moi, le petit fuyard ! Contez-nous la sûreté de vos droits ; je compatis beaucoup à la fatigue qu'ils vous causent. (Elle appelle.)
Un fauteuil… Prenez la peine de vous asseoir, Madame ; vous en gronderez plus à votre aise, et nous en écouterons plus poliment la triste histoire de vos droits.

L'INCONNUE
Eh non, Madame ; je n'ai pas dessein de vous rendre visite. Allons, Chevalier. On est venu chez moi pour une affaire de la dernière conséquence qui vous regarde, et qui doit absolument finir aujourd'hui. C'est de votre régiment dont il est question ; un autre presse pour l'acheter ; son argent est tout prêt, m'a-t-on dit ; on diffère, par amitié pour vous, de conclure avec lui jusqu'à ce soir ; c'est notre ami le Marquis qui est venu m'en informer. Vous avez encore dix ou douze mille écus à donner, et je les ai chez mon notaire, où l'on nous attend pour terminer le marché… Partons.

MADAME LA THIBAUDIÈRE
Qu'est-ce que cela signifie : partons ? Savez-vous bien que je me fâcherai à la fin ?

MARTON (, suivante de l'inconnue.)
Un instant de patience, Madame ; que je parle à mon tour. (À La Ramée.)
Et vous, Mons de la Ramée, qui vous amusez ici à tourner la tête de ce petit oison de chambrière, qu'on détale, et qu'on marche devant moi tout à l'heure, pour aller payer ce marchand de vin avec l'argent que je porte et qu'un huissier vous demande !

CATHOS (, dite LISETTE)
Avec l'argent que vous portez, bavarde ? Ha, votre cornette vous pèse ! et vous voulez qu'on vous détignonne…
(Elle veut aller à Marton.)

L'INCONNUE
Comment ! des violences !

MADAME LA THIBAUDIÈRE
Je suis dans une fureur !… Chevalier, congédiez cette femme-là, je vous prie. Vous avez besoin de dix mille écus, m'a-t-on dit, et non pas de douze, comme elle prétend. Ne vous inquiétez pas, nous tâcherons de vous les faire.

L'INCONNUE
Elle tâchera, dit-elle ? elle tâchera ! et on les demande ce soir, sans remise. Eh bien ! je ne tâche point, moi ; il n'est pas question qu'on tâche, il faut de l'expédition, et j'ai la somme toute comptée.

LE CHEVALIER
Eh, Mesdames ! vous me mortifiez. Gardez votre argent, je vous conjure. Je n'en veux point ; ma somme est trouvée.

MADAME LA THIBAUDIÈRE
Ah ! cela étant, il n'y a plus à se débattre. Qu'elle s'en aille !

LE CHEVALIER
Quand je dis trouvée, du moins m'a-t-on comme assuré qu'on me la donnerait peut-être ce soir.

L'INCONNUE
Peut-être ! votre régiment dépend-il d'un peut-être ? il ne sera plus temps demain.

LE CHEVALIER
D'accord.

L'INCONNUE
Partons, vous dis-je.

MADAME LA THIBAUDIÈRE
Attendez… puisqu'on me met le poignard sur la gorge, et que j'ai affaire à la jalouse la plus incommode et la plus haïssable, oui, la plus haïssable…

L'INCONNUE
S'il hésite encore, je ne le verrai de ma vie.

MADAME LA THIBAUDIÈRE
Retirez-vous… N'est-ce pas dix mille écus ?… Si on avait le temps de marchander, et qu'on ne fût pas prise comme cela au pied levé… car enfin tout se marchande, et on tirerait peut-être meilleur parti…

LE CHEVALIER
Eh ! laissez donc, Marquise ! et vous, n'insistez point, Comtesse.

L'INCONNUE
N'êtes-vous pas honteux de me mettre en parallèle avec une femme qui parle de marchander un régiment comme on marchande une pièce de toile ? Vous n'avez guère de cœur.

LE CHEVALIER
Oh ! votre emportement décide : vous insultez Madame ; et pour la venger, j'avouerai que je l'aime, et c'est son argent que j'accepte. Donnez, Marquise, donnez tout à l'heure, afin que la préférence soit éclatante. Sont-ce des billets que vous avez dans le portefeuille ?

MADAME LA THIBAUDIÈRE
Oui, Chevalier. (En ouvrant le portefeuille.)
Attendez que je les tire. Il y en a de différentes sommes, et plus qu'il n'en faut.

LA RAMÉE
Allons, Cathos, amène… je te venge aussi, moi. Et toi, Marton, va te cacher.

MARTON
Double coquin !

L'INCONNUE (, pendant que Madame La Thibaudière cherche.)
Perfide !

CATHOS (, sautant de joie.)
Les laides, avec leur pied de nez !

L'INCONNUE
Je suis désespérée.

Autres textes de Marivaux

La Surprise de l'Amour

(PIERRE, JACQUELINE.)PIERRETiens, Jacquelaine, t'as une himeur qui me fâche. Pargué ! encore faut-il dire queuque parole d'amiquié aux gens.JACQUELINEMais qu'est-ce qu'il te faut donc ? Tu me veux pour ta...

La Seconde Surprise de l'amour

(LA MARQUISE, LISETTE.)(La Marquise entre tristement sur la scène ; Lisette la suit sans qu'elle le sache.)La Marquise (s'arrêtant et soupirant.)Ah !Lisette (derrière elle.)Ah !La MarquiseQu'est-ce que j'entends là ?...

La Réunion des Amours

(L'AMOUR, qui entre d'un côté, CUPIDON, de l'autre.)CUPIDON (, à part.)Que vois-je ? Qui est-ce qui a l'audace de porter comme moi un carquois et des flèches ?L'AMOUR (, à...

La mère confidente

(DORANTE, LISETTE.)DORANTEQuoi ! vous venez sans Angélique, Lisette ?LISETTEElle arrivera bientôt ; elle est avec sa mère : je lui ai dit que j'allais toujours devant, et je ne me...

La Méprise

FRONTIN, ERGASTE.La scène est dans un jardin.FRONTINJe vous dis, Monsieur, que je l'attends ici, je vous dis qu'elle s'y rendra, que j'en suis sûr, et que j'y compte comme si...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024