Scène III



(LA MARQUISE, DORANTE, MADAME ARGANTE, FRONTIN, COLAS)

FRONTIN
Est-ce là ce grand monsieur qui s'emploie à ravigoter la Marquise ?

COLAS
Lui-même.

FRONTIN
Eh bien ! notre retour ne le ravigotera guère.

COLAS
Faut avoir quatre-vingts ans en leur parlant au moins, faut tousser beaucoup.

FRONTIN
Hem ! Hem ! Hem !

DORANTE
Je compte que le notaire sera ici sur les six heures.

LA MARQUISE
Point de compagnie surtout ; je n'en veux pas.

MADAME ARGANTE
Personne n'est averti, ma fille… (Voyant Frontin.)
Qu'est-ce que c'est que ce vieillard-là ?

LA MARQUISE
C'est un captif, si je ne me trompe. Colas, avec qui êtes-vous ?

COLAS
Avec un vieux qui, sauf vote respect, reviant du pays barbare, note dame.

FRONTIN
Oui, Madame, du pays d'Alger.

LA MARQUISE
D'Alger ? Est-ce là où vous avez été captif ? Y avez-vous demeuré longtemps ? C'est un pays où Monsieur le Marquis d'Ardeuil est mort ; peut-être l'avez-vous connu ?

FRONTIN
J'ai surtout connu son valet, Frontin, qui est aussi, et qui se privait de tout pour le faire vivre.

MADAME ARGANTE
Oui, oui, ce Frontin était un domestique affectionné.

COLAS
Une bonne pâte de garçon, je l'avions élevé tout petit.

LA MARQUISE
Je ne saurais le récompenser, puisqu'il n'est plus.

MADAME ARGANTE
Allez, allez, bon vieillard, en voilà assez.

DORANTE
Laissez-nous.

LA MARQUISE
Attendez. Mon mari était donc avec vous ?

FRONTIN
Il me semble que je vois encore sa brouette à côté de la mienne.

LA MARQUISE
Ah ! ciel !… Entendez-vous, ma mère ? Il faut donc qu'il ait bien souffert.

FRONTIN
Considérablement.

LA MARQUISE
Ah ! Dorante, n'êtes-vous pas pénétré de ce qu'il dit là ?

DORANTE
Cet entretien, en un tel jour, est bien mal à propos, et je souhaiterais qu'on nous l'épargnât.

MADAME ARGANTE (, à Frontin.)
Que ne vous retirez-vous, puisqu'on vous le dit ? Voilà un vieillard bien importun avec ses relations. Que venez-vous faire ici ?

LA MARQUISE
Ma mère, ne le brusquez point. Je voudrais pouvoir soulager tous ceux qui ont langui dans les fers avec mon mari.

MADAME ARGANTE
Eh bien ! qu'on ait soin de lui. Colas, menez-le là-bas.

COLAS
Il n'y a qu'à le mener à l'office.

FRONTIN
J'oubliais le principal.

MADAME ARGANTE
Encore !

FRONTIN
Mon maître m'envoie demander s'il peut voir Madame la Marquise : c'est un gentilhomme des plus respectables et des plus décrépits.

LA MARQUISE
A-t-il été captif aussi ?

FRONTIN
Il apporte d'Alger certaines circonstances touchant le défunt Marquis d'Ardeuil.
(Elle pleure.)

MADAME ARGANTE
Mais d'aujourd'hui nous ne finirons de captifs, tout Alger va fondre ici !

DORANTE
Je vais l'aller voir et je vous rapporterai ce qu'il m'aura dit, Madame.

LA MARQUISE
Non, Dorante, je veux qu'il vienne. Quoi ! refuser de recevoir un homme qui a été l'ami de mon mari, et qui vient exprès ici pour m'en parler, vous n'y songez pas, Dorante ; ce n'est point là me connaître. Allez, Colas, allez avec ce domestique dire de ma part à son maître qu'il me fera beaucoup d'honneur, et que je l'attends.

FRONTIN
Je suis touché de voir un aussi bon cœur de veuve.
(Il sort avec Colas.)

Autres textes de Marivaux

La Surprise de l'Amour

(PIERRE, JACQUELINE.)PIERRETiens, Jacquelaine, t'as une himeur qui me fâche. Pargué ! encore faut-il dire queuque parole d'amiquié aux gens.JACQUELINEMais qu'est-ce qu'il te faut donc ? Tu me veux pour ta...

La Seconde Surprise de l'amour

(LA MARQUISE, LISETTE.)(La Marquise entre tristement sur la scène ; Lisette la suit sans qu'elle le sache.)La Marquise (s'arrêtant et soupirant.)Ah !Lisette (derrière elle.)Ah !La MarquiseQu'est-ce que j'entends là ?...

La Réunion des Amours

(L'AMOUR, qui entre d'un côté, CUPIDON, de l'autre.)CUPIDON (, à part.)Que vois-je ? Qui est-ce qui a l'audace de porter comme moi un carquois et des flèches ?L'AMOUR (, à...

La Provinciale

(MADAME LÉPINE, LE CHEVALIER, LA RAMÉE)(Ils entrent en se parlant.)MADAME LÉPINEAh ! vraiment, il est bien temps de venir : je n'ai plus le loisir de vous entretenir ; il...

La mère confidente

(DORANTE, LISETTE.)DORANTEQuoi ! vous venez sans Angélique, Lisette ?LISETTEElle arrivera bientôt ; elle est avec sa mère : je lui ai dit que j'allais toujours devant, et je ne me...

TextesLibres.fr

Bienvenue sur notre site, qui propose une vaste sélection de textes de littérature française libres de droit et gratuits. Nous sommes fiers de pouvoir offrir à nos lecteurs l'accès à des œuvres littéraires importantes et intéressantes sans aucun coût.

Sur notre site, vous trouverez des œuvres de grands écrivains français, allant de la littérature classique à la littérature contemporaine. Nous avons des romans, des poèmes, des pièces de théâtre, des essais et bien plus encore. Nous avons également des textes dans divers genres, y compris la science-fiction, la fantasy, le drame et le suspense.

Nous sommes convaincus que la littérature est une source de savoir et de plaisir pour tous, et nous sommes heureux de pouvoir offrir un accès gratuit à ces œuvres. Nous espérons que vous apprécierez la littérature française que nous proposons sur notre site, et nous vous invitons à découvrir les textes qui s'y trouvent.


Les auteurs


Les catégories

TextesLibres.fr

Médiawix © 2024